Des guerres absurdes

 
 

Des guerres absurdes

Des guerres absurdes.

Caricature du 12/01/2019 dans CTXT

En septembre 2013, une guerre nucléaireimminente entre la Corée du Nord et les États-Unisa été annoncée , en mars 2015 une autre, et en 2017 encore plus de la même chose. Tout cela est très imminent, c’est l’apocalypse nucléaire, nucléaire pour les pinailleurs. Puis les deux dindes se sont retrouvées pour un café et à la prochaine fois.

En 2017 également, il y a eu ce passage amusant dans lequel Donald a déféqué sur l’Agfanistan la soi-disant mère de tous les concombres, voir MOAB, Massive Ordnance Airburst, son acronyme étant lu de façon dicharachique dans les cercles de psychopathes militaires comme la « Mère de toutes les bombes ». Vous savez, pour ajouter de la casse épique.

Guerras absurdas

C’était maintenant le tour de l’Iran, bien que les bombardements en Irak. Le 3 janvier 2020, l’écervelé Trump a ordonné l’assassinat du général iranien Qasem Soleimani, en contournant le Congrès par les couilles, qu’il n’a pas informé ni prévenu pour rien.

Il l’a éliminé avec une frappe de drone à l’aéroport de Bagdad. La réponse de l’Iran a été de tirer quelques missiles sur des installations américaines en Irak, cela s’est plus ou moins bien passé parce que Donald a immédiatement dit que c’était « tout bon », mais ensuite cela s’est avéré être un échec parce que dans le processus ils ont « par erreur » désintégré 176 personnes en abattant un avion de ligne de passage.

Guerras absurdas

Voilà à quoi ressemblent les guerres modernes, personne ne les déclare comme des guerres et la vie continue autour des bombes et des contre-bombes comme si rien ne se passait. J’ai entendu des déclarations de guerre bien plus explicites en arrosant des pots de fleurs pour avoir mouillé le linge du voisin du dessous.

Pendant ce temps, le monde civilisé fait des blagues sur la troisième guerre mondiale et le lendemain, on n’en parle plus parce qu’il y a des conneries bien plus importantes à régler.

Des guerres absurdes

Obama a largué 26 172 bombes sur sept pays en un an

En 2016, dernière année du mandat du président Obama, les États-Unis ont largué 26 172 bombes dans sept pays. Il s’agit d’une estimation prudente, étant donné que des données fiables ne sont disponibles que pour les frappes aériennes au Pakistan, au Yémen, en Somalie et en Libye. De plus, une même « frappe », telle que définie par le Pentagone, peut impliquer différents types de bombes et/ou autres munitions.

En 2016, les États-Unis ont largué 3 028 bombes de plus, et dans un pays de plus, la Libye, qu’en 2015. Source : CFR.


Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad
Artículos relacionados