Entretien avec Sandya Eknaligoda

 
Entretien avec Sandya Eknaligoda

Photo: Vikalpa | Groundviews | Maatram | CPA - Licence: CC by 2.0

Entretien avec Sandya Eknaligoda

Sandya est l'épouse de Prageeth Eknaligoda, journaliste et caricaturiste disparu au Sri Lanka le 24 janvier 2010. Lire l'histoire.

de quoi vous souvenez-vous le jour de la disparition de Prageeth ?

Prageeth a quitté son domicile entre 10h00 et 10h30 du matin. Il a dit qu'il allait se rendre à plusieurs endroits, dont les bureaux de Lanka E News, et que dans l'après-midi il participerait à la "Bodhi Puja" organisée au temple bouddhiste de Kelaniya afin d'obtenir des bénédictions pour le candidat à la présidence Sarath Fonseka.

Prageeth a été enlevé pour la première fois le 28 août 2009. Il a été emmené les mains liées et les yeux bandés dans une camionnette blanche près de notre maison. Il a été libéré le lendemain matin.

À partir de ce jour, il a commencé à recevoir des menaces, à être persécuté et à faire l'objet d'écoutes téléphoniques. C'est pourquoi nous étions toujours sur le qui-vive. S'il n'était pas à la maison à 21 heures ou 21 heures 30, je l'appelais pour savoir s'il allait bien et à quelle heure il rentrerait.

La dernière fois qu'il a disparu, je l'ai appelé à 21 h 15. Son téléphone était éteint. J'ai continué à appeler toute la nuit. Le lendemain, au matin, j'ai appris par un de ses amis qu'il était parti avec une personne (identité inconnue) qui venait de Dambulla dans une camionnette (cet inconnu est l'espion envoyé par les services de renseignement de l'armée pour l'enlever). Il a témoigné de l'incident devant le magistrat)

pour quels médias Prageeth a-t-il travaillé ?

À partir de 2006, il a travaillé principalement comme journaliste indépendant pour le site web "Lanka E News". Il a dessiné des caricatures et écrit des articles sur la politique. Il a également rédigé des chroniques politiques pour les journaux "Siyarata" et "Kolamba", ainsi que pour le magazine "Vihiduma".

Il a été suggéré que l'une des raisons de la disparition de Prageeth pourrait être un document de recherche sur l'utilisation présumée d'armes chimiques contre des civils par les forces sri-lankaises dans la lutte contre les séparatistes tamouls. Pensez-vous que cela soit possible ?

Oui, vous pouvez en lire une partie dans l'article"Chemical weapons and ethnic warfare"(armes chimiques et guerre ethnique). Cet article indique clairement comment le gouvernement a réagi lorsque les armes chimiques utilisées par les LTTE ont été signalées. Le gouvernement a paniqué et a fait une déclaration affirmant qu'aucune arme chimique n'avait été utilisée au Sri Lanka. Or, il existe des preuves que des armes chimiques ont été utilisées au Sri Lanka, même si le gouvernement le nie.

C'est un fait que si certaines organisations ou le gouvernement ont utilisé des armes chimiques dans une guerre, il ne peut s'agir que d'une guerre génocidaire.

Prageeth était en train de faire des recherches et de rassembler des informations sur cette question. Avec sa disparition, toutes ces informations ont été perdues.

comment les médias ont-ils traité la disparition de Prageeth à l'époque ?

Après sa disparition, certaines institutions et certains médias ont aidé à diffuser la nouvelle, mais les médias ont également été l'arme utilisée par le gouvernement pour nous discréditer et nous inculper.

avez-vous entendu parler de la déclaration de Dematagoda Chaminda selon laquelle il aurait dirigé une équipe de voyous qui ont jeté le corps de Prageeth à la mer ?

La déclaration de Dematagoda Chaminda a été révélée au début de l'année 2012. Bien que j'aie essayé d'inclure son témoignage dans l'habeas corpus par l'intermédiaire de mon avocat, le tribunal l'a rejeté. À ce jour, aucune information fiable confirmant sa déclaration n'a pu être trouvée.

pensez-vous toujours que le gouvernement est directement responsable de sa disparition ?

Lorsque les médias m'ont posé la question, j'ai répondu que Mahinda Rajapaksa était responsable.

Je pense toujours la même chose.

Les fonctionnaires chargés de l'enquête sur l'enlèvement de Prageeth étaient des pro-Rajapaksiens. Rajapaksa et ses partisans présentent les officiers emprisonnés comme des héros de guerre aux yeux du public, alors qu'en réalité, ces officiers ont commis des crimes graves sous leurs ordres.

Il est clair que Mahinda Rajapaksa est le responsable de la disparition de mon mari.

pourquoi pensez-vous que le gouvernement a voulu faire taire Prageeth ?

Selon les informations révélées par le département d'enquête criminelle du Sri Lanka, les ravisseurs l'ont emmené dans un camp militaire à Girithale, l'ont interrogé au sujet d'un livret (dossier) sur la famille Rajapakse qu'il avait réalisé, d'un CD de ballades politiques ( ?) et lui ont posé des questions sur sa relation avec le général Sarath Fonseka, un candidat à la présidence. Je pense que c'est la raison de l'enlèvement de Prageeth.

quelle est l'attitude et la position du gouvernement actuel concernant l'enquête sur la disparition de Prageeth, et reçoit-il le soutien du gouvernement ?

En janvier 2015, lorsque le président actuel a été élu et que le gouvernement a changé, la situation s'est un peu améliorée. C'est à ce moment-là que les rapports d'enquête sur la disparition de Prageeth ont été remis au CID (Criminal Investigation Department).

Ils ont même été en mesure de trouver les criminels, de les traduire devant un tribunal d'instruction et de les emprisonner.

Pendant le mandat du gouvernement précédent, aucune enquête n'a été menée. Ils ont passé tout leur temps et toutes leurs ressources à nous jeter de la boue (à nous discréditer) et à essayer de prouver que la disparition de Prageeth était un mensonge.

Lors de la réunion du comité de l'ONU en 2011, l'ancien procureur général Mohan Peiris a déclaré qu'il avait appris d'une source fiable que Prageeth s'était réfugié dans un pays étranger, mais lorsqu'il a été appelé devant les tribunaux de première instance après toute une série d'arguments ennuyeux, tout ce qu'il a dit, c'est qu'il ne se souvenait pas du nom de l'officier qui lui avait donné cette information et que seul Dieu savait où se trouvait Prageeth.

Et en 2013, un autre représentant du régime Rajapakse, le ministre Arundika Fernando, a fait une déclaration au Parlement disant qu'il avait vu Prageeth et qu'il était en France. En outre, d'autres campagnes de diffamation ont été menées contre Prageeth.

La meilleure chose qui se soit produite depuis l'élection du nouveau gouvernement est l'annonce de l'ouverture d'une enquête sérieuse. Je pense que cela nous aiderait beaucoup, mais en attendant, il faut lutter pour survivre. Bien que le ministre actuel ait déclaré aux médias qu'il s'occuperait du bien-être de notre famille, cela ne s'est pas encore produit.

Près de sept ans plus tard, où en est l'enquête ? Y a-t-il de nouvelles pistes ?

Oui, cela fait presque sept ans que Prageeth a disparu. Il a été enlevé par des officiers des services de renseignement de l'armée sri-lankaise, cela faisait partie de leurs plans. Certains de ces officiers étaient des lieutenants.

L'armée sri-lankaise n'apporte pas un soutien suffisant et manque de coordination pour faire avancer les enquêtes. Et les officiers en détention font toujours semblant de ne pas se souvenir de quoi que ce soit et tentent de cacher des informations.

Malgré cette situation difficile, le CID a découvert de nombreuses nouvelles informations.

quelles sont les actions que vous menez actuellement ?

J'ai déposé une demande d'habeas corpus pour la disparition de Prageeth le 19 février 2010. Toutes les actions que j'ai entreprises depuis lors l'ont été dans le cadre des mécanismes juridiques et je participe également à autant d'actions sociales que possible pour sensibiliser l'opinion publique, dans le seul but d'obtenir justice.

La plupart des actions sont des campagnes sociales de lutte commune pour les victimes, nous, les victimes de disparitions forcées et leurs familles. Je continuerai à me battre. Le Sri Lanka se trouve actuellement dans une situation très complexe.

Même si la question est un peu difficile, êtes-vous sûr de retrouver Prageeth ?

Tout au long de ces six années et sept mois, Prageeth a été ma force. Je partage avec lui toutes les tristesses et les difficultés auxquelles je suis confrontée. Je crois que Prageeth a été avec moi tout le temps et c'est pourquoi j'ai été capable de surmonter les problèmes que les mauvaises personnes m'ont causés.

Je ne sais pas si je pourrai retrouver son corps, mais ce pour quoi je me bats, c'est la vérité et la justice. La vérité et la justice pour Prageeth, pour moi et mes enfants et pour toutes les personnes qui ont été victimes de disparitions forcées.

est-il difficile d'être un militant des droits de l'homme au Sri Lanka ? Comment avez-vous vécu cette transformation d'un citoyen "ordinaire" en un militant ?

Je suis une citoyenne ordinaire, une femme au foyer. Mon travail m'a obligée à traiter directement avec les gens. Entre 18 et 20 ans, j'ai participé à diverses activités sociales. Je ne ressens donc pas de grande différence entre le fait d'être un défenseur des droits de l'homme et un citoyen ordinaire.

Le principal problème est qu'il s'agit d'un travail bénévole. Je suis une mère et je dois élever mes enfants sans aucune aide. Et je le ferai de toutes les manières possibles, même si cela m'oblige à vendre des paquets de riz ou à faire n'importe quel autre type de travail.

Un livre regroupant les travaux de Prageeth a été publié. Le livre de Prageeth est-il disponible en ligne ?

Les livres compilant ses articles ont été publiés uniquement en langue cinghalaise. Le livre contenant sa collection de vignettes a été publié en cinghalais, en tamoul et en anglais, mais ne peut pas être acheté en ligne.

*Certaines expressions qui ne modifient pas le contexte sont traduites mot pour mot (ou avec l'interprétation la plus proche) et certaines expressions ambiguës sont supprimées parce que les réponses ont été traduites deux fois, à partir de deux langues différentes, au cours du processus.


Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad

Artículos relacionados

Este blog se aloja en LucusHost

LucusHost, el mejor hosting