Le Guardian censure une caricature sur Jeremy Corbyn

 
 

The Guardian censura una viñeta sobre Jeremy Corbyn

C’est du moins ce que prétend son auteur, le caricaturiste Steve Bell. La caricature en question, datée du 25 novembre et intitulée  » whipslah » , apparaît sur la page du caricaturiste à côté de ce texte :

« Rejeté parce qu’il a mis quelqu’un du Guardian ‘mal à l’aise’. » C’est la première fois que le journal refuse de publier une caricature parce qu’elle ne suit pas une ligne éditoriale particulière.Une triste journée

.
Bell dit Asa Winstanley de L’Intifada électronique, laseule raison que l’on m’a donnée était qu’ils se sentiraient « mal à l’aise » de la publier« , dit-il. Bell affirme que le journal avait l’habitude de lui donner une explication lorsqu’il refusait de publier une caricature, ce qui s’est rarement produit. Comme cela n’a pas été le cas cette fois-ci,« cela pourrait être interprété comme de la censure » et il ajoute que le Guardian semble vouloir« supprimer quelque chose simplement parce qu’ils ne sont pas d’accord avec mon point de vue« .

L’Electronic Intifada affirme également avoir contacté le Guardian jeudi pour s’enquérir de la question, mais n’a toujours pas reçu de réponse.

La séquence critique la campagne du Labour visant à purger son ancien leader de gauche, Jeremy Corbyn, pour avoir montré sa solidarité avec le peuple de Palestine. La bande censurée est la troisième d’une série publiée cette semaine mettant en scène l’actuel leader travailliste Keir Starmer dans le rôle d’une dominatrice qui menace de fouetter Corbyn.

Le Fouet

Jeremy Corbyn est montré dans un donjon, allongé à plat ventre devant un tortionnaire en sweat à capuche et pantalon rouge qui lui dit :

« Si vous voulez vraiment le fouet(*), vous allez devoir vous excuser correctement. »

Corbyn répond : « Oui, oui, oui, pour quoi ? « Pour tout », rétorque le tortionnaire. Ce à quoi Corbyn répond : « Je m’excuse pour tout ».

Dans la scène finale, le personnage avec le fouet lui demande de s’excuser pour « être un vieux gauchiste et non un sioniste de droite ».

Corbyn s’excuse également pour cela, ajoutant qu’il le fait« du fond du cœur« .

Pourtant, l’homme encapuchonné rétorque : « Ce n’est pas assez bon ».

(*) Dans le jargon parlementaire britannique, les responsables de la discipline des partis parlementaires sont appelés « whips » et l’imposition de la ligne du parti est appelée « flagellation ». La caricature fait une satire du fait que même si le vrai Corbyn s’excuse, il est plus que probable que les travaillistes trouveront n’importe quel autre prétexte pour.. démêler de lui.

Bell et The Guardian, une relation qui se complique

En juillet 2020, il a été rapporté que le Guardian pourrait distribuer le dessinateur Steve Bell en 2021, bien que personne ne veuille le confirmer.

Le Guardian censure une caricature sur Jeremy CorbynLe Guardian se passera du caricaturiste Steve Bell en 2021, ou pas

Le Guardian ne renouvellerait pas le contrat du caricaturiste après quatre décennies de travail pour le titre. Bell a publié ses premières caricatures dans ce journal anglais en 1981.
Le Guardian a eu plus d’une fois l’occasion de se débarrasser de Steve Bell avec des « motifs ». Le caricaturiste a ouvertement critiqué le journal en juillet 2019 pour sa « ligne éditoriale mystérieuse » sur l’antisémitisme après avoir rejeté une caricature.

Le Guardian censure une caricature sur Jeremy Corbyn Lecaricaturiste du Guardian critique le journal pour sa « ligne éditoriale mystérieuse » sur l’antisémitisme

Le caricaturiste du Guardian, Steve Bell, a envoyé un courriel très ferme au journal après le rejet d’une de ses caricatures.
Elle aurait également pu le licencier en juillet 2018 après avoir rejeté l’une de ses caricatures critiquant l’entreprise l’assassinat de l’infirmière volontaire palestinienne Razan al-Najar par un sniper de l’armée israélienne. Selon des courriels ayant fait l’objet d’une fuite, la caricature a été censurée par The Guardian, qui aurait refusé de parler à Steve Bell tout en cédant aux habituelles accusations d' »antisémitisme ».

Le Guardian censure une caricature sur Jeremy Corbyn Lecaricaturiste Steve Bell nie les accusations d’antisémitisme dans une caricature rejetée par le Guardian

Le Guardian a censuré une caricature de Steve Bell qui critiquait le meurtre de l’infirmière bénévole palestinienne Razan al-Najar par un sniper de l’armée israélienne.
Ces désaccords ont mis à mal les relations de l’auteur avec les médias. Beaucoup pensent que le Guardian ne renouvellera pas le contrat de Steve Bell au printemps prochain

Ils critiquent également l’hypocrisie du journal qui rejette avec excès toute critique d’Israël tout en affichant fièrement ses références gauchistes.

En voici quelques-unes commentaires comme celui-ci :

« Pour ceux qui se demandent comment un mariage aussi incompatible que celui de Bell avec le Guardian a pu être maintenu aussi longtemps, la réponse se trouve dans le fait que de nombreux lecteurs de l’édition papier ont acheté le journal pour la caricature quotidienne de Bell

Maintenant que les ventes en kiosque se sont effondrées, en grande partie à cause d’un glissement constant vers la droite de la ligne éditoriale, tout argument en faveur du maintien de la caricature de Bell s’est pratiquement évaporé. C’est une épine dans son pied et un rappel malvenu de ce à quoi ressemble une véritable représentation critique des puissants. Il faut espérer que son départ imminent du Guardian présage une nouvelle naissance de l’œuvre sans compromis et sans entrave de ce génie fou, que ce soit sur un forum Internet personnel ou dans toute publication qui ose l’accueillir. »

Le Guardian censure une caricature sur Jeremy Corbyn L’humour en difficulté, compilation de cas (III)
Des cas de caricaturistes qui ont eu des problèmes d’une certaine importance à cause de leurs caricatures ou illustrations satiriques. Il y a aussi quelques histoires d’autres personnes qui, sans être dessinateurs, ont eu des problèmes pour les avoir partagés.


Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad
Artículos relacionados