Les patrons du mal

 
 
La patronal del mal

Antonio Garamendi, le saint patron du mal. Caricature du 16/10/2022 en CTXT

Garamendi, le président des patrons du mal, dit qu’on ne peut pas parler des riches et des pauvres parce que cela radicalise les gens.

Il a tenu ces propos lors d’un de ces forums « économiques » organisés par un média turbo-capitaliste où l’on agite divers hommes et femmes d’affaires, ce que ces groupes médiatiques ont également tendance à faire le reste de l’année.

Le chef de la CEOE, qui gagne facilement entre trois cent mille et plus d’un demi-million d’euros par an, est un de ces « ni de gauche ni de droite » (de droite), ni féministe ni chauvin (de gauche), ni riche ni pauvre (de droite).

Ce discours absurde est un classique du néolibéralisme du lorditingo moyen, la pauvreté est niée et on laisse donc plus de terrain pour presser les pauvres qui « n’existent pas » au profit de quatre riches supposés « inconnus ». Un cynisme concentré.

Le Réseau européen de lutte contre la pauvreté(EAPN) a présenté il y a quelques jours son rapport annuel« L’état de la pauvreté » et comme l’intellectuellement indigent Garamendi n’aime pas parler d’inégalité et de pauvreté, je vais reproduire quelques passages de l’ouvrage en question.

En 2021, un total de 13,1 millions de personnes, soit 27,8% de la population espagnole, seront menacées de pauvreté et/ou d’exclusion sociale. Avec une augmentation de près d’un point de pourcentage par rapport à l’année dernière, ce chiffre représente une continuation de la tendance à la hausse de l’année précédente. En termes absolus, quelque 380 000 nouvelles personnes ont été exposées au risque de pauvreté ou d’exclusion sociale au cours de l’année écoulée.

Rapport AROPE 2022 Premier …

Pauvreté sévère

Les patrons du mal

La pauvreté sévère concerne les personnes vivant dans des ménages aux revenus extraordinairement bas, dont le revenu est inférieur à 40% du revenu médian par unité de consommation de la population. En termes absolus, la grande pauvreté comprend toutes les personnes vivant dans des ménages dont le revenu total par unité de consommation est inférieur à 6 417,3 € par an (535 € par mois).


Il est important de noter que l’utilisation d’unités de consommation ne permet pas une
évaluation intuitive des limites établies par les différents seuils de pauvreté et il est donc préférable d’utiliser des cas spécifiques. Par exemple, pour une famille de deux adultes avec deux enfants en situation de grande pauvreté, un revenu de 530 € par mois équivaut à un revenu total de 1 113 €. Cela implique que chaque personne doit survivre avec 278 € par mois.

En 2021, 10,3 % de la population espagnole, soit quelque 4,8 millions de personnes, vivent dans la grande pauvreté. En d’autres termes, près de la moitié de la population pauvre se trouve dans cette situation.
Ce chiffre est supérieur de huit dixièmes de point de pourcentage à celui de l’année précédente. Cependant, en combinaison avec l’augmentation de la population, cela représente 372 000 personnes supplémentaires.

Inégalité

En 2021, le revenu des 20% les plus riches de la population est 6,2 fois plus élevé que celui des 20% les plus pauvres, soit une augmentation de 0,4 point par rapport à l’année précédente, ce qui démontre les effets de la pandémie sur les inégalités

Cette différence place l’Espagne comme le pays présentant la quatrième plus grande inégalité mesurée par le S80/S20 dans toute l’Union européenne. D’autre part, l’indice de Gini en 2021 était de 33, soit 3,1 points de plus que la moyenne de tous les pays de l’Union européenne et le sixième plus élevé de tous.

D’autre part, la crise précédente a également entraîné une augmentation soutenue de l’inégalité, atteignant un pic en 2015 (6.9). En 2021, le revenu combiné des 10% les plus riches de la population est 11,8 fois supérieur à celui des 10% les plus pauvres, soit 1,3 point de plus que l’année précédente.

Taux d’AROPE

Le taux AROPE (At Risk Of Poverty and/or Exclusion) est un indicateur créé par le Réseau européen de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale qui sert à mesurer la pauvreté

Le taux de l’Espagne est supérieur de 6,1 points de pourcentage à la moyenne de l’UE et le quatrième plus élevé de tous les pays membres. Seules la Roumanie, la Bulgarie et la Grèce sont au-dessus. En ce qui concerne son évolution depuis 2015, l’AROPE a diminué en Espagne mais c’est le pays où elle l’a fait dans une moindre mesure par rapport au reste de l’UE où l’on observe une baisse.

Deuxièmement, la position de l’Espagne en ce qui concerne le taux de risque de pauvreté est tout aussi négative. Ainsi, avec 21,7 % de sa population menacée de pauvreté en 2021 , soit 4,9 points de pourcentage de plus que la moyenne de tous les pays réunis, l’Espagne se classe au quatrième rang10 de la liste, derrière la Lettonie, la Roumanie et la Bulgarie.

En troisième position, l’Espagne se classe au cinquième rang des pays les plus démunis matériellement et gravement démunis matériellement , derrière seulement la Roumanie, la Bulgarie, la Grèce et la Hongrie et 2 points au-dessus de la moyenne de l’UE.

Enfin, le pourcentage de personnes de moins de 64 ans vivant dans des ménages à faible intensité d’emploi est également extraordinairement élevé. En 2021, il sera de 11,6 %, soit 2,7 points de pourcentage de plus que la moyenne de l’UE dans son ensemble et le quatrième plus élevé de tous les pays de l’UE, derrière seulement la Belgique, la Grèce et l’Irlande.


Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad
Artículos relacionados
Hipotecas

Hypothèques

50 secondes

Inhumanité de Madrid