Le prix de l’électricité

 
  • ES
  • PT
  • RU
  • CN
  • EN
  • Le prix de l'électricité

    Le prix de la lumière. Carton du 12/03/2022 en CTXT

    Teresa Ribero, troisième vice-présidente et ministre de la Transition écologique et du Défi démographique, a assuré que le prix de l’électricité sera découplé du gaz en avril. Avant, le prix de l’électricité augmentait à cause des pommes de terre, maintenant il augmente à cause des pommes de terre et de la guerre.

    Le 10 mars, le président de la CEOE, Antonio Garamendi, a critiqué toute possibilité d' »interventionnisme » sur le marché de l’énergie et les compagnies d’électricité pour limiter les dividendes. Le responsable rampant de l’association patronale estime que le gouvernement ne peut prendre aucune décision à cet égard si l’Europe ne le permet pas, et prédit que, dans ce cas, l’Espagne ressemblera au Venezuela.

    Quelques heures plus tard, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé que, « avant la fin de ce mois », l’exécutif européen « présentera des options pour limiter l’effet de contagion de la hausse des prix du gaz sur les prix de l’électricité ».

    En outre, l’OCDE préconise désormais une augmentation des taxes sur les compagnies d’électricité afin qu’une partie de ces recettes puisse être utilisée pour compenser l’augmentation des factures d’électricité pour les consommateurs et les entreprises concernés.

    Ce salaud de Garamendi n’en a rien à faire des Vénézuéliens, des Espagnols et en général de tout être humain qui n’est pas un homme d’affaires dans sa misérable organisation. Son seul intérêt est de continuer à accumuler les profits et de laisser mourir les pauvres et tous ceux qui ont des difficultés.

    Garamendi affirme que l’Espagne « ressemblera au Venezuela » alors que l’électricité augmente de 80 % en 12 mois, l’essence de 52 %, le butane de 30 % et que l’IPC atteint 7,6 % en février, soit deux dixièmes de plus que prévu, le taux le plus élevé depuis 36 ans.

    Pour clore le cercle des mesquins, Ana Botín se proclame reine du cynisme avec l’aide précieuse des habituels mamporreos médiatiques, toujours décidés à nous faire croire qu’elle n’est pas une dame multimillionnaire à qui l’argent sort par les oreilles grâce à un seul « mérite », celui d’avoir hérité d’une banque.

    Le prix de l'électricité

    Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad

    ¿Algo que decir?