Tanzanie, un caricaturiste arrêté et emprisonné pour « cybercrimes

Mise à jour du 8 octobre. Après deux semaines d’emprisonnement, il a été placé en détention provisoire à l’adresse libéré sans charge en attendant son procès pour « cybercrimes ».

Cartooning for Peace et Cartoonist Rights Network International ont lancé une alerte concernant l’arrestation et l’emprisonnement illégaux en Tanzanie du caricaturiste Optatus Fwema, prétendument motivés par cette caricature.

Tanzanie, un caricaturiste arrêté et emprisonné pour "cybercrimes

Le 4 octobre, Katuni (East African Cartoonists’ Society), a publié une déclaration signalant l’arrestation et la détention du caricaturiste Optatus Fwema au poste de police d’Oysterbay à Dar es Salaam, en Tanzanie

Katuni dénonce le fait qu' »il s’est également vu refuser une libération sous caution et est donc détenu illégalement », demande sa libération immédiate et condamne « cette attaque flagrante contre la liberté de la presse et les droits individuels ».

L’affaire est suivie et surveillée de près par la Coalition tanzanienne des défenseurs des droits de l’homme (THRDC), qui a également publié une déclaration sur l’affaire, qualifiant d’arbitraires l’arrestation et l’emprisonnement du caricaturiste.

Optatus Fwema a été arrêté à son domicile le 23 septembre et interrogé sans représentation légale ni présence de membres de sa famille dans le cadre de prétendus « cybercrimes », bien qu’aucune accusation n’ait encore été déposée, peut-être pour une caricature publiée sur ses médias sociaux (apparemment sur Instagram). Selon le THRDC, il reste en prison à ce jour, dépassant les 48 heures de garde à vue autorisées par la loi

Tanzanie, un caricaturiste arrêté et emprisonné pour "cybercrimes

Photo : Florence Fwema. Source Comité pour la protection des journalistes

Selon Katuni, le caricaturiste, qui est défendu par un avocat du THRDC depuis le 3 octobre, doit comparaître devant le tribunal le mardi 5 octobre 2021.

À propos de la caricature

La caricature pour laquelle il aurait été arrêté montre l’actuelle et 6ème Présidente de la République, Samia Suluhu, sous les traits d’une jeune fille frappant l’eau d’une bassine aux couleurs du drapeau et faisant le bruit « Ba ! ba ! ba ! ba ! »

Dos à elle, le 4e président de la République, Jakaya Kikwete (rebaptisé Kiwete « l’infirme » et écrit sur son dos) s’adresse à la population : « Elle garantit la bonne direction du pays »

Selon l’interprétation offerte à Cartooning for Peace par un observateur, la blague vise à critiquer la mauvaise gestion du pays par l’actuel président et l’effort pour la protéger du président précédent, que beaucoup considèrent comme son mentor. La blague sur son nom tend également à ironiser sur sa gestion des affaires du pays lorsqu’elle était présidente.

Je n’ai pas été en mesure de trouver des liens vers les comptes de médias sociaux ou le site Web du caricaturiste.

Tanzanie, un caricaturiste arrêté et emprisonné pour "cybercrimesL’humour en difficulté, recueil de cas (III)
Des cas de caricaturistes qui ont eu des problèmes d’une certaine importance à cause de leurs caricatures ou illustrations satiriques. Il y a aussi quelques histoires d’autres personnes qui, sans être des caricaturistes, ont eu des ennuis pour les avoir partagées.


Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad
Artículos relacionados