Trois touristes français meurent à la suite de la désactivation des lumières des vitrines de magasins

 
 
Tres turistas francesas mueren a causa del apagado de los escaparates

Le jour est venu de fermer les vitrines et de baisser l’air conditionné et l’enfer s’est déchaîné.

Dans Vocento, ils ont donné naissance à cette première page avec le glaçant tontolaire et une photo sur cinq colonnes dans laquelle on peut voir ce qu’ils disent être trois touristes français éclairant une carte en papier avec la torche de leur téléphone portable sur la Gran Vía de Bilbao,« avec les vitrines dans l’obscurité« .

Vous pouvez voir que la rue est parfaitement éclairée par l’éclairage public et qu’ils ont presque certainement assombri l’image. En outre, je parierai n’importe quel organe vital que cette scène n’est pas accidentelle, mais qu’une chaîne d’événements a conduit à la tragédie.

Aucune des trois filles n’avait l’internet pour consulter Google Maps, et elles n’ont pas pris la peine de se placer dans une zone éclairée. Leurs visages, éclairés par le téléphone portable, recréent une atmosphère dramatique parfaite et anticipent le pire.

Au final, les trois touristes se sont perdus car ils n’ont pas trouvé assez de lumière pour consulter leur boussole de poche. Il s’est avéré plus tard qu’ils ont péri de soif car ils ne pouvaient pas trouver de l’eau avec un bâton en raison du manque de lumière.

L’intention de la photo est plus qu’évidente. Dans En Correo ils essaient de nous dire que la rue est une fosse septique et que tout est enveloppé dans l’obscurité la plus totale.

Avant de jeter cette couverture, ils en ont sorti une autre, comme on peut le voir à l’adresse suivante les avant-premières habituelles d’EP

Trois touristes français meurent à la suite de la désactivation des lumières des vitrines de magasins

Sur la photo, un consommateur chronique qui essaie d’acheter par télékinésie pour atténuer les symptômes de manque.

Sur Antena 3 TV (que je subis pour des questions domestiques), ils ont passé toute la matinée du mercredi 10 à parler de la température et de la fermeture des vitrines comme quelqu’un qui annonce une apocalypse de zombies et à souligner les milliers de milliards d’euros par seconde que les hôteliers perdent.

Plus tard, ils inviteront le facha de la rôtisserie de Marbella à s’étendre longuement sur la façon dont les choses vont mal à cause des communistes et des économies d’énergie.


Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad
Artículos relacionados