Avortement, involution

 
 
Avortement, involution

Involution. Caricature du 25/06/2022 en CTXT

Six juges sur les neuf que compte la Cour suprême des États-Unis ont voté en faveur du droit à l’avortement, annulant le précédent qui l’autorisait, la loi de 1973 « Roe v. Wade  » de 1973, qui a rendu l’interruption volontaire de grossesse constitutionnelle.

Désormais, il appartiendra à chaque État de décider de protéger ce droit ou de l’interdire, neuf états ils l’ont déjà fait et au moins treize autres pourraient bientôt le faire. Il reste à voir comment les femmes qui avortent seront désormais poursuivies et punies. Quelle blague Sur Alabama toute personne qui aide à provoquer un avortement peut être condamnée à 99 ans de prison.

Les perspectives sont sombres car dans l’extension des responsabilités et des hypothèses qui seront inventées, différentes situations peuvent se présenter avec de nombreux « coupables » présumés, en plus de la femme qui décide d’interrompre sa grossesse.

Cette décision de la Cour, en plus de rendre l’avortement illégal de facto, ouvre la voie à un scénario encore plus terrifiant. Si le Texas a déjà « récompense » toute personne qui signale un avortement, toute autre sanction macabre plus typique des scénarios dystopiques que vous pouvez imaginer peuvent commencer à être appliquées.

Outre le retard historique en matière de droit à la santé reproductive qu’il représente et qui, selon certains, pourrait s’étendre à l’ensemble de l’Europe, il condamne les femmes à retourner dans les circuits dangereux et sordides de la clandestinité, mais il constitue surtout un piétinement du droit des femmes à décider de leur propre corps.

Au fond de tout cela, c’est toujours la même chose, le désir d’encalomar le convictions religieuses camouflées en lois dans toutes les sphères de la société.


Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad
Artículos relacionados