Les journalistes philippins considèrent que la caricature de la « marque » communiste est une honte pour le journalisme

 
 
Les journalistes philippins considèrent que la caricature de la "marque" communiste est une honte pour le journalisme

Caricature du Steve Pabalinas publiée dans le Manila Times qui désignait les journalistes comme des communistes et a été décrite comme « une honte pour le journalisme ».

La NUJP (National Union of Journalists of the Philippines) a dénoncé dans une déclaration que la caricature dans le Manila Times, publié sur le 25 octobre, a « marqué au fer rouge » les critiques du gouvernement et les groupes progressistes pour les placer dans le collimateur de l’armée et l’a qualifié de« honte pour le journalisme« .

« Honte au journalisme.

Le Manila Times devrait avoir honte de publier une caricature éditoriale dans laquelle il se fait le perroquet des critiques et dissidents du gouvernement.

La caricature, intitulée « Les nombreux visages des communistes locaux », montre un rebelle communiste peignant apparemment des masques destinés à être portés par des personnages qualifiés de législateurs, de féministes, de militants, d’éducateurs, de religieux, d’artistes et, oui, de journalistes.
Nous ne dénigrons pas le Times pour ses partis pris, et nous avons certainement un million de raisons pour cela, mais nous espérons que, étant donné qu’il prétend être encore un média, il abordera les questions de manière plus approfondie que cette diffamation caricaturale d’un large échantillon de la société philippine, sans contexte et, surtout, sans preuves.
Le pire, c’est qu’en ignorant complètement les principes les plus élémentaires du journalisme, elle a mis des centaines, voire des milliers de vies philippines dans le collimateur du gouvernement et de ses forces étatiques.
C’est là, par-dessus tout, le plus grand tort qu’il ait fait à la profession, au peuple et à la nation philippine. »

Petite blague sur le marquage des « rouges » aux Philippines

Pour ceux qui pensent encore qu’il s’agit d’une caricature de plus et d’une controverse absurde sans importance, il est opportun qu’ils se déplacent vers le contexte social du pays où le message est envoyé, qui n’est pas exactement à prendre comme une blague.

Être étiqueté « communiste » aux Philippines peut être une condamnation à mort.

En 2018, le président, Rodrigo Duterte, menacé avec la création d’un « escadron de la mort » pour tuer les communistes. Il a ensuite offert à tout citoyen 500 dollars pour chaque guérillero communiste tué récompense 500 pour chaque guérillero communiste mort et a ajouté que cela était moins cher que d’organiser un groupe militaire pour les tuer. En d’autres termes, libre cours à la population pour tuer légalement pour « présomption de communisme ».

Duterte pisse sur les DDH

Il a débité d’autres barbaries (ici une vidéo qui compile certains d’entre eux) sur le tournage dans le vagin aux femmes de la guérilla pour qu’elles ne se reproduisent pas et autres bêtises psychopathes, sous les rires du public.

Il a également encouragé la population à tuer les toxicomanes:

« Si vous connaissez un toxicomane, allez le chercher et tuez-le vous-même car demander à ses parents de le faire serait trop douloureux. »

Duterte est un homme très dangereux, avec l’excuse de la lutte contre le trafic de drogue il a transformé les Philippines en un état criminel noté pour avoir falsifié des preuves afin de justifier des exécutions illégales dans le « guerre contre la drogue« .

Depuis que Duterte est arrivé au pouvoir en 2016, il a fait fi de toute législation internationale en matière de droits de l’homme en allant jusqu’à soutenir sans réserve une campagne nationale visant à tuer les trafiquants et les consommateurs de drogue, tout en passant sous silence les enquêtes sur les illégalités commises par la police et en assurant même qu’il allait lui-même.. il avait balayé les gens et continuerait à le faire.

Chaque fois qu’il a été critiqué par des ONG, des institutions et des gouvernements étrangers, Duterte a répété sans mâcher ses mots :

« Les droits de l’homme ne m’intéressent pas, croyez-moi. »

Les journalistes philippins considèrent que la caricature de la "marque" communiste est une honte pour le journalisme

L’humour en difficulté, un recueil de cas (III)
Des cas de caricaturistes qui ont eu des problèmes d’une certaine importance à cause de leurs caricatures ou illustrations satiriques. Il y a aussi quelques histoires d’autres personnes qui, sans être des dessinateurs, ont eu des ennuis pour les avoir partagées.


Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad
Artículos relacionados