Le caricaturiste anti-vaccins Ben Garrison dit qu’il a le COVID-19 et qu’il n’ira pas à l’hôpital

 
Le caricaturiste anti-vaccins Ben Garrison dit qu'il a le COVID-19 et qu'il n'ira pas à l'hôpital

Ben Garrison. Photo Blog de Rogue Cartoonist

Ce n’est pas la première connerie que ce personnage débite. Pourtant, son histoire, ou sa caricature, mérite d’être mentionnée, au cas où.

Ben Garrison (1957), caricaturiste bien connu du Montana et enthousiaste de cette droite qu’aux États-Unis on appelle l' »Alt Right », sycophante de Trump ad nauseam et ouvertement anti-vaccins, a déclaré à Gizmodo par courrier, qui est malade du coronavirus depuis des semaines.

Selon son récit, il pense avoir attrapé le COVID-19 alors qu’il dînait dans un restaurant il y a quelques semaines. Le Montana a connu une augmentation inquiétante des cas de coronavirus ces dernières semaines, avec environ 900 nouveaux cas par jour.

« Oui, c’est définitivement du covide et nous avons eu tous les symptômes. Ma femme et moi sommes sortis avec un couple dans un restaurant et le lendemain, nous étions tous les quatre malades. L’un d’entre nous est allé voir un médecin et on lui a dit qu’il avait la covidie. »

On ne sait pas s’il a été testé ou s’est auto-diagnostiqué, mais cela n’a pas beaucoup d’importance compte tenu de la réaction et du fait qu’il croit que les hôpitaux tuent les gens pour réduire la population pour je ne sais quel sombre plan mondial.

Même la possibilité que le coronavirus habite son système ne l’a pas fait changer d’avis sur la science moderne et les vaccins.

Le caricaturiste anti-vaccins Ben Garrison dit qu'il a le COVID-19 et qu'il n'ira pas à l'hôpital

Une caricature de Garrison tirant un autre mantra conspirationniste classique, le faux scepticisme. Ne croire en rien ni personne, sauf en ses histoires farfelues de nano-choses, de reptiliens et de tyrans extraterrestres infiltrés dans le gouvernement.

Garrison dit que lui et sa femme ne se sentent pas bien et qu’il a complètement perdu le sens du goût et de l’odorat. Tous deux, âgés d’une soixantaine d’années, pensent qu’ils luttent pour vaincre la maladie avec des remèdes maison inventés par des théoriciens de la conspiration.

« Tina et moi nous sentons légèrement mieux après deux semaines, mais cela a été difficile. J’ai perdu le goût et l’odorat, ainsi que l’envie de manger n’importe quel type de nourriture. J’ai perdu environ 7 kilos. Les jeunes se remettent généralement plus rapidement, mais nous avons plus de 60 ans.

Lorsque Gizmodo a demandé à Garrison s’il avait été vacciné contre le coronavirus, il a répété plusieurs des mêmes théories de conspiration qui apparaissent dans ses caricatures.

« Nous ne prendrons jamais leurs méchantes piqûres de protéines, qui ne sont ni sûres ni efficaces. Ce ne sont pas de vrais vaccins. Il s’agit de thérapie génique », a déclaré Garrison dans son courriel à Gizmodo.

Le caricaturiste anti-vaccins Ben Garrison dit qu'il a le COVID-19 et qu'il n'ira pas à l'hôpital

Combinaison de churramerinisme délirant avec la vaccination WindowsGodwin Édition 5G

Ivermectine, zinc et jus de racine de betterave

« Nous prenons de l’Ivermectin et diverses vitamines, dont beaucoup de Zinc« . Le caricaturiste note également qu’il prend du jus de racine de betterave

Dans The Nib, ils consacrent cette vignette explicite de Brian McFadden au numéro et au titre : « Pas de remède pour les caricaturistes« .

Le caricaturiste anti-vaccins Ben Garrison dit qu'il a le COVID-19 et qu'il n'ira pas à l'hôpital

Gizmodo nous rappelle que rien de tout cela n’a été prouvé pour traiter ou prévenir le COVID-19, les anticorps monoclonaux et les vaccins étant les seuls véritables moyens de lutter contre cette pandémie, qui continue de faire rage dans de nombreuses régions du monde.

Garrison a fait la promotion de l’ivermectine dans plusieurs de ses dessins animés, comme celui-ci datant de début septembre.

Le caricaturiste anti-vaccins Ben Garrison dit qu'il a le COVID-19 et qu'il n'ira pas à l'hôpital

Dans la scène, un cheval donne un coup de pied au Dr Anthony Fauci, le principal expert en maladies infectieuses du pays. Le cheval, qui a des signes de penny sur ses sabots, crie un appel au « bon sens » alors qu’il bouscule Fauci, qui tient une seringue parsemée de signes de dollar et un crâne sur la pointe de l’aiguille.

Les vignettes de Garrison sont si simplistes et enfantines qu’il doit mettre une légende sur chaque élément de la scène pour que ses lecteurs comprennent de quoi il s’agit.

Ben a souscrit à toutes les cartes de conspiration, aussi folles soient-elles, et personne n’est donc surpris par sa position sur les vaccins

Le caricaturiste anti-vaccins Ben Garrison dit qu'il a le COVID-19 et qu'il n'ira pas à l'hôpital

« The Great Reset », une autre paranoïa qui habite l’esprit des anti-vaccins et autres théoriciens de la conspiration

Quoi qu’il en soit, il n’a pas été prouvé que l’ivermectine aide à traiter la maladie. Bien qu’elle soit étudiée comme traitement possible de la COVID-19, une grande partie de cette recherche est criblée de fraudes présumées, d’erreurs, d’oublis et de données douteuses, non prouvées ou carrément fausses.

À des doses appropriées, le médicament est relativement sûr et constitue un vermifuge utile dans son utilisation la plus courante pour le traitement des parasites du bétail, comme les chevaux. Récemment, certaines personnes, notamment celles influencées par les mouvements de désinformation très actifs sur Facebook, ont commencé à prendre ce médicament pour le bétail en croyant à tort qu’il peut guérir ou prévenir la maladie

Gizmodo rappelle également que, selon l’American Association of Poison Control Centers, depuis le début de l’année, les empoisonnements à l’ivermectine ont triplé pour atteindre 1 440 cas et que le New York Times a rapporté dimanche qu’au Nouveau-Mexique, deux personnes sont décédées ; leurs décès ont été attribués à l’utilisation de l’ivermectine en remplacement de traitements éprouvés contre le VAPID-19. Les responsables de la santé de l’État ont déclaré que l’ivermectine avait provoqué une insuffisance rénale chez l’un des patients.

Le caricaturiste anti-vaccins Ben Garrison dit qu'il a le COVID-19 et qu'il n'ira pas à l'hôpital

Sur ce point, Garrison a raison. Il est temps d’arrêter la folie des les dessins animés du trou du cul

Essayer de dialoguer avec un négationniste est une perte de temps car, face à toute preuve contre leurs théories absurdes, ils sortent toujours le joker de la grande conspiration, un argument encore moins démontrable qu’ils développent en l’étoffant de mensonges encore plus gros.

Le caricaturiste anti-vaccins Ben Garrison dit qu'il a le COVID-19 et qu'il n'ira pas à l'hôpital

Une caricature de Garrison étiqueté sur Instagram comme de la désinformation pour avoir utilisé une phrase entre guillemets que personne n’a dite pour illustrer un autre des nombreux mensonges des conspirationnistes/anti-vaccins.

Et Garrison continue avec le même script :

« 15 000 personnes sont mortes à cause des vaccins covidés et des centaines de milliers d’autres ont eu des effets secondaires graves. Les grands médias ne mentionnent pas un mot de tout cela, pas un mot. Au lieu de cela, on nous répète sans cesse le baratin sur la « sécurité et l’efficacité », et on nous presse de prendre le poison gratuit. Ne le faites pas. Le PDG de Pfizer ne le fera certainement pas. Pas plus que Bill Gates et sa famille.

Les effets secondaires graves des vaccins covidés sont extrêmement rares, et tout Américain a plus de chances de mourir du COVID-19 que des vaccins. L’affirmation de Garrison selon laquelle le PDG de Pfizer n’a pas été vacciné est tout simplement fausse. Bill Gates s’est également fait vacciner, malgré les affirmations des théoriciens de la conspiration selon lesquelles il ne se ferait pas vacciner par crainte des effets secondaires.

Garrison dit qu’il ne se rendrait jamais dans un hôpital pour se faire soigner. Au moins sur ce point, il semble être cohérent.

La semaine dernière, NBC News a rapporté que des groupes Facebook anti-vaccins ont influencé leurs membres pour qu’ils ne cherchent pas à se faire soigner à l’hôpital pour le COVID-19 et leur ont même demandé de retirer les membres de leur famille malades des soins intensifs.

« Je n’irais jamais dans un hôpital. Robert David Steele l’a fait il y a quelques semaines et ils l’ont tué. Les hôpitaux reçoivent de l’argent supplémentaire pour les rapports de décès de covidés, ce qui est nécessaire pour maintenir la peur, » dit Garrison

La personne à laquelle Garrison fait référence, Robert David Steele, était un théoricien de la conspiration qui apparaissait fréquemment sur InfoWars avec Alex Jones. Steele, 69 ans, croyait des choses incroyablement bizarres, comme le fait que la NASA avait emprisonné des enfants sur Mars pour les faire travailler comme esclaves. Steele, qui prétendait être un ancien officier de la CIA, serait mort du COVID-19 en août.

Le caricaturiste anti-vaccins Ben Garrison dit qu'il a le COVID-19 et qu'il n'ira pas à l'hôpital

Un méli-mélo de conspirations avec des nano trucs dans le désordre.

Garrison insiste sur le fait que toute la réponse à la pandémie concerne le contrôle gouvernemental, et non la santé publique, un mantra récurrent chez les conspirationnistes, et répète ad nauseam la fausse affirmation selon laquelle les vaccins ne préviennent pas le COVID-19 :

« Il s’agit de passeports vaccinaux, de traçage, de contrôle gouvernemental et de tyrannie. »

Les États-Unis enregistrent actuellement en moyenne plus de 119 000 nouveaux cas par jour et plus de 2 000 nouveaux décès. Et comme seulement 55,9 % de la population est entièrement vaccinée, la maladie continuera probablement à circuler dans la population pendant l’hiver Source .

Les vignettes de Garrison, ici, ne sont qu’un petit échantillon d’un vaste assortiment avec lequel l’auteur illustre tout le répertoire des anti-vaccinationnistes les plus bornés.


Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad