Un caricaturiste et un journaliste du quotidien turc Yeni Asya vont être jugés pour terrorisme

 
  • ES
  • PT
  • EN
  • Un caricaturiste et un journaliste du quotidien turc Yeni Asya vont être jugés pour terrorisme

    Caricature du 19 octobre 2016, l’une des images incluses dans l’acte d’accusation contre son auteur, Ibhim Özdabak.

    Cette fois, c’est le tour du caricaturiste Ibrahim Özdabak (1957) et de Kazim Güleçyüz (1959), journalisteet rédacteur en chef du quotidien Yeni Asya , qui sontaccusés par un procureur de diffuser de la propagande terroriste.

    La liste des personnes réprimées, jugées, condamnées et emprisonnées en Turquie après la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016 pourrait faire l’objet d’une encyclopédie en plusieurs volumes, dont beaucoup sont des caricaturistes.

    Le président de la Turquie a un longue histoire de plaintes contre des journaux, des magazines et des caricaturistes, la guerre particulière qu’il mène contre les caricaturistes et son obsession pour la dénonciation, les amendes et l’arrestation des coupables remonte au début des années 2000.

    Selon Kronos hier , les deux personnes seront jugées pour terrorisme pour certaines caricatures et messages sur Twitter.La première audience du procès aura lieu le 2 mai au 29e tribunal pénal supérieur d’Istanbul.

    La réaction des défendeurs a été rapide et tranchante et ils considèrent que leur travail est criminalisé de Yeni Asya ils considèrent que leur travail journalistique est criminalisé etvont donc « lutter contre les informations diffamatoires et déformées » concernant le journal et ses employés qui ont été publiées, et préparent leur défense juridique dans l’espoir d’être acquittés.

    Ils soulignent également qu’après le 15 juillet, le quotidien Yeni Asya a condamné le coup d’État avec des titres retentissants prenant le parti de la loi et de la démocratie.

    Un caricaturiste et un journaliste du quotidien turc Yeni Asya vont être jugés pour terrorisme

    Les gros titres de Yeni Asya dans les jours qui ont suivi le coup d’État manqué en 2016

    L’accusation qualifie les tweets de Güleçyüz et les caricatures d’Özdabak de propagande terroriste.

    Les tweets de Kazim Güleçyüz sur Twitter

    Parmi les tweets de Güleçyüz inclus dans l’acte d’accusation figurent des mises en cause de certains éléments soupçonnés d’être impliqués dans le coup d’État manqué du 15 juillet 2016, après que le Parti de la justice et du développement (AKP) a lancé une répression massive contre ses détracteurs.

    Les procureurs les ont accusés de liens « terroristes » avec la confrérie islamiste du prédicateur Fethullah Gülen, qui est considérée comme un groupe terroriste en Turquie après avoir été blâmée par le gouvernement pour la tentative de coup d’État.

    Dans un tweet, Güleçyüz a déclaré

    « Lors d’une tentative de coup d’État qui a duré des heures, les putschistes ne font rien aux chaînes de télévision gouvernementales et leur permettent » de « résister héroïquement au coup d’État ».

    Dans un autre message, il nuance :

    « Aucune personne dotée d’une conscience ne peut accepter que la lutte contre le coup d’État du 15 juillet se transforme en un massacre de personnes innocentes qui n’avaient rien à voir avec le coup d’État ou le terrorisme. »

    Les dessins humoristiques de Ibrahim Özdabak

    En ce qui concerne les caricatures d’Özdabak, le gouvernement met en avant les dessins dans lesquels il se concentre sur les tragédies que les personnes ordinaires accusées d’avoir participé à la tentative de coup d’État ont dû vivre.

    Özdabak a dessiné des caricatures représentant des bébés et des enfants séparés de leurs mères emprisonnées, ainsi que des enfants emprisonnés avec leurs mères.

    Dans l’une de ses caricatures(voir ci-dessus), qui est citée dans l’acte d’accusation, Özdabak dépeint la tragédie d’une mère qui a perdu ses jumeaux dans une prison de la province de Sinop, où elle était emprisonnée en raison de ses liens présumés avec Gülen.

    « La femme enceinte, qui est emprisonnée, a perdu ses bébés jumeaux. Lettre de la prison au ciel », peut-on lire dans la légende de la caricature.

    Un caricaturiste et un journaliste du quotidien turc Yeni Asya vont être jugés pour terrorisme

    Galerie avec certains des dessins humoristiques de Özdabak publié au cours de l’année 2016

    Plus de 17 000 femmes ont été emprisonnées pour terrorisme depuis la tentative de coup d’État en Turquie, et environ 750 enfants accompagnent actuellement leur mère en prison.

    À la suite de la répression massive qui a suivi la tentative de coup d’État sous le prétexte de la lutte contre le terrorisme, plus de 150 000 fonctionnaires ont perdu leur emploi, plus de 50 000 personnes ont été emprisonnées et plusieurs centaines de milliers ont été détenues et font l’objet d’une enquête pour terrorisme.

    La répression en Turquie se poursuit sans relâcheces dernières années, les accusations de participation au coup d’État ont ouvert la voie à la répression pour des motifs plus abstraits et arbitraires, les peintres, les écrivains, les journalistes (un nouveau record a été établi en 2017), les intellectuels, les chanteurs, les enseignants, les caricaturistes ou toute personne qui critique le gouvernement sont persécutés, arrêtés et emprisonnés, même les lycéens sont accusés d’avoir insulté le président Erdogan. La moindre critique est considérée comme une insulte et les cas de personnes dénonçant d’autres personnes pour avoir insulté le président, le gouvernement ou des officiels ont augmenté.

    132 cas connexes dans le monde entier :

    Un caricaturiste et un journaliste du quotidien turc Yeni Asya vont être jugés pour terrorisme

    Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad

    Artículos relacionados