Le caricaturiste marocain Khalid Gueddar dénonce des menaces de mort

 
Le caricaturiste marocain Khalid Gueddar dénonce des menaces de mort

Khalid Gueddar (FB)

Le caricaturiste marocain Khalid Gueddar (Maroc, 1975) Twitter - blog, rédacteur en chef du magazine satirique Baboudi, a signalé à la police qu'il avait reçu des menaces de mort.

Lundi 26 septembre, Khalid a publié sur Facebook la caricature(capture d'écran) de Nahed Hattar, l'écrivain jordanien assassiné le dimanche 25 septembre et pour lequel il était jugé.

À côté de l'image, il a ajouté une citation du caricaturiste français Stéphane Charbonnier"Charb", qui a été tué lors de l'attentat du 7 janvier 2015 contre le magazine Charlie Hebdo.

"Je n'ai pas envie de trancher la gorge de quelqu'un avec un feutre. Je ne mets pas des vies en danger. Quand les militants ont besoin d'un prétexte pour justifier leur violence, ils le trouvent toujours."

(Phrase extraite d'un entretien avec Le Monde en 2012)

L'un des messages avertissait :

"Votre destin est la mort sacrificielle*, vous êtes l'ennemi de Dieu"

*Il a diverses lectures/traductions comme massacre, en anglais slaughter, en français égorgement.

Certains médias ont d'abord titré qu'il avait demandé une protection policière, ce que le caricaturiste a démenti peu après, ajoutant qu'il considérait ces messages comme très sérieux et demandait une enquête.

"La police doit enquêter, ce genre d'appels à la haine, à la violence et à la mort ne peut rester impuni"

Le Marocain affirme qu'il avait seulement l'intention de rendre hommage à Nahed Hattar.

Alors qu'il pourrait s'agir de la menace isolée d'un imbécile à trois heures, un autre, je comprends que le caricaturiste ne le prenne pas comme une blague.

En 2012, il a été interrogé pendant six heures

Ce n'est pas la première fois que Geddar est confronté à des problèmes à cause d'une caricature.

Le lundi 23 juillet 2012, il a été détenu et interrogé pendant six heures par la police après avoir republié cette caricature qu'il avait dessinée en 2009.

khalid-gueddar-minaret

L'image montrait divers vêtements et un préservatif tombant du minaret d'une mosquée. La caricature faisait allusion à un fait divers concernant un imam qui aurait sollicité les services d'une prostituée dans une mosquée.

Khalid a ensuite déclaré qu'il avait republié la caricature après la diffusion d'un autre reportage sur un incident similaire.

Au cours de l'interrogatoire, il a été interrogé sur son site Web (Baboudi), la caricature en question, ses autres caricatures et ses croyances religieuses. La police lui a dit que sa caricature insultait l'islam ; aucune charge n'a été retenue à cette occasion.

Procès en 2009

C'est cette caricature, commandée par son éditeur et publiée le 26 septembre 2009 à la une du quotidien marocain Akhbar Al Youm, représentant le prince Moulay Ismail, cousin du roi Mohamed VI, qui a mis Geddar sur le banc des accusés et a conduit à un ordre de fermeture définitive du journal.

Le caricaturiste et le rédacteur en chef du journal ont été impliqués dans deux procès, l'un intenté par le ministère de l'Intérieur pour insulte au drapeau national et l'autre intenté par le prince, qui a exigé trois millions de dirhams, soit environ 270 000 euros

Une autre amende de l'équivalent de 8 900 euros a été infligée au rédacteur en chef du journal, Taoufiq Bouachrine, et le même montant au caricaturiste. Ils ont également demandé un an d'emprisonnement pour les deux.

Offense à la monarchie

Le ministère de l'Intérieur a affirmé qu'il s'agissait d'une "offense à la monarchie alaouite", arguant que le symbole sur le drapeau était une étoile de David, un symbole du judaïsme, et a accusé les médias d'"antisémitisme flagrant" et d'"utilisation biaisée du drapeau".

Le caricaturiste a nié que telle était son intention, il a déclaré que le rédacteur en chef du journal lui avait commandé dedessiner "une caricature sympathique" pour accompagner un long reportage sur le mariage du prince. Et c'est ce qu'il a dessiné, le prince avec le drapeau marocain en arrière-plan, saluant d'un geste traditionnel.

Bouachrine et Gueddar ont été entendus au tribunal où ils ont présenté leurs excuses. Ils ont finalement été acquittés et les amendes ont été retirées. Le journal est fermé, mais le gouvernement marocain, tout pieux qu'il est, autorise les anciens employés de la publication fermée à ouvrir un nouveau journal.

Jean Plantureux "Plantu" a dessiné une caricature allusive parue dans Le Monde du 22 octobre 2009.

Plantu

Cette manifestation humoristique de soutien au journal fermé et à Khalid Gueddar a provoqué une autre réaction très conforme au gouvernement marocain. Celui-ci a de nouveau appliqué la censure, interdisant cette fois Le Monde pendant trois jours et empêchant sa distribution au Maroc.

Les autorités marocaines ont également bloqué le quotidien El País pour avoir reproduit la même caricature. Le ministre marocain de la communication a bien voulu rappeler que de telles caricatures sont interdites dans son pays.

Related : 76 cas dans d'autres pays

humor-apuros

Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad

Artículos relacionados

Este blog se aloja en LucusHost

LucusHost, el mejor hosting