Facebook, l’algorithme comme excuse

Facebook, l'algorithme comme excuse

Facebook, l’algorithme comme excuse

Cela est arrivé au caricaturiste Ward Sutton avec sa page de bande dessinée sur 22 juinun de plus parmi ceux qu’il publie régulièrement sur Le Boston Globemais cela arrive fréquemment avec toutes sortes de contenus publiés quotidiennement sur Facebook.

Ward a reçu un avis de Facebook en ces termes :

« Votre post va à l’encontre de nos normes communautaires sur la violence et l’incitation. Personne ne peut voir votre message. Nous avons mis en place ces normes pour prévenir et interrompre les dommages hors ligne ».

Ce qui est le plus risible dans cet avertissement selon lequel la bande dessinée de Ward avait été rendue « invisible » sur Facebook, c’est l’absurdité de lui suggérer de la promouvoir comme une publicité tout en laissant tomber l’argent.

Le caricaturiste l’a raconté comme ça, bien sûr, sur Facebook et sur son compte sur Twitter:

« Facebook a censuré mon dernier dessin animé et a simultanément essayé de me faire payer pour en faire la promotion. Je ne suis que le dernier dessinateur en date à voir son travail censuré par la technologie Facebook et/ou par des employés ignorants qui ne peuvent pas comprendre le contexte du contenu des caricatures ».

J’ai « désapprouvé » formellement leur décision de censurer ma bande dessinée, mais ils continuent à me dire qu’ils n’ont pas assez de travailleurs pour évaluer mon cas ou même y répondre ».

Je ne sais pas ce que cela va donner, je suppose qu’ils vont probablement recommencer à dire que l’algorithme était ivre ou ces choses qu’ils débitent quand ils ont.. ils n’ont pas une autre sortie.

Ce qui est clair, c’est qu’en plafonnant le contenu, ils ont consolidé la normalisation de la censure interne au royaume de Suckerberg, au motif qu’en tant qu’entreprise privée, ils sont souverains pour cloisonner les opinions parce que les pommes de terre, voire juger et condamner leurs émetteurs d’être les instigateurs de crimes inexistants ou imaginaires.

Début juin, Roger Waters a remis de l’ordre dans le corps de Mark en l’appelant « l’un des idiots les plus puissants du monde ». Mais il ne s’est pas arrêté là, il lui a dit d’aller se faire foutre et l’a traité de petit con à plusieurs reprises après lui avoir envoyé une offre pour un sérieux pognon à utiliser. « Une autre brique dans le mur II » dans le cadre d’une campagne de promotion d’Instagram.

Bien qu’essayer d’empêcher quelqu’un de lire une bande dessinée sur Internet aujourd’hui soit comme essayer de vider la mer avec une cuillère à café, je laisse la page Ward Sutton ici comme un acte symbolique et une déclaration d’intention contre les petits cons qui aspirent à être les seuls administrateurs de la pensée.

Facebook, l'algorithme comme excuse


Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad
Artículos relacionados