La communauté indigène d’Australie proteste contre une caricature qu’elle juge raciste

 
 
La communauté indigène d'Australie proteste contre une caricature qu'elle juge raciste

La communauté indigène d’Australie proteste contre une caricature qu’elle considère comme raciste.

Voici la scène :

Police: vous devez vous asseoir et parler à votre fils de la responsabilité personnelle Père: oui, très bien Quel est son nom alors ?

Le jeudi 4 août, cette caricature de Bill Leak (1956) –(Bio) a été publiée dans le journal australien The Australian ( également connu sous le nom de The OZ), propriété de News Corporation (Rupert Murdoch)

La scène met en scène un père. Il tient une canette de bière. Il est incapable de se souvenir du nom de son fils, qui lui est remis par un policier.

Et l’enfer se déchaîne en Australie. Et s’il y a une chose qui est certaine, comme le dit aujourd’hui le caricaturiste anglais Michael Heath (1936), c’est bien cela :

« Il est désormais dangereux d’être drôleparce que les gens sont si prompts à s’offenser ».

Bien que le problème soit peut-être de définir ce qui est drôle, quand et pour qui. Au final, tout se résume à la même chose, l’éternelle confrontation entre l’intentionnalité supposée des messages, le ton et leurs interprétations.

Parmi les nombreuses autres critiques de la caricature émanant de personnes de différents milieux, il y avait celle de Nigel Scullionministre des affaires indigènes, qui l’a qualifié de« particulièrement déplaisant » car il a été publié le même jour que la Journée nationale des enfants aborigènes et insulaires de Torres(Children‘s Day)

Dans une déclaration, il l’a également qualifié de raciste.

« Bien que les caricaturistes australiens aient une riche tradition de satire irrévérencieuse, il n’y a absolument aucune raison de représenter des stéréotypes racistes ».

Le sénateur libéral d’Australie-Méridionale, Cory Bernardi, a répondu aux commentaires de Scullion dans une déclaration à l’ABC, en disant

« il y a trop de Je suis Charlie hypocrites ».

En référence aux millions de tweets postés après l’attentat contre le magazine Charlie Hebdo en janvier 2015.

Le même jour, Malcolm Roberts a déclaré que la section 18C de la loi sur la discrimination raciale bloquait la liberté d’expression.

Le NSWALC n’a pas non plus mâché ses mots dans sa déclaration, qui a qualifié la caricature de dégoûtante (laide), d’insultante, de raciste et de dénigrante pour les Aborigènes.

Plus de réactions

Et il se termine par une phrase. « Il est temps que la direction de The Australian accepte la responsabilité personnelle des dommages qu’elle a causés aux Aborigènes aujourd’hui.

Une caricature raciste cause des blessures et des humiliations

Le NSW Aboriginal Land Council (NSWALC) déposera une plainte auprès du Conseil de la presse australienne pour demander que des mesures soient prises à l’encontre d’une caricature raciste publiée dans l’édition d’aujourd’hui de The Australian.

Le président du NSW Aboriginal Land Council, Roy Ah-See, a déclaré que la caricature de Bill Leak – basée sur la Commission royale sur les mauvais traitements choquants infligés aux enfants dans le système de justice juvénile du Territoire du Nord – insultait et dénigrait les Aborigènes.

« Malheureusement, le racisme et la discrimination sont une réalité pour les autochtones qui vivent dans ce pays et en prennent soin depuis plus de 60 000 ans.

« La blessure et l’humiliation que subissent les victimes du racisme sont réelles et ont un impact terrible sur la santé et le bien-être des autochtones.

« Le réseau des droits fonciers en Nouvelle-Galles du Sud travaille dur pour que les Aborigènes soient fiers de leur identité et de leur culture.

« La caricature de Bill Leak est laide, insultante et il est embarrassant pour le journal national de l’Australie de la publier.

« Il est temps que les décideurs de The Australian acceptent la responsabilité personnelle du mal qu’ils ont causé aux Aborigènes d’aujourd’hui. »

L’ONG australienne SNAICC (National Voice for our Children) a également pris position dans une déclaration disant :

« La caricature publiée aujourd’hui dans The Australian, l’un des plus grands journaux du pays, est dégoûtante, irrespectueuse et blessante.

Les personnes impliquées dans la publication de cette caricature clairement raciste devraient avoir honte d’elles-mêmes et devraient présenter des excuses publiques à tous les Australiens ».

Protestations des parents autochtones

Les critiques se sont multipliées au point que des parents ont commencé à poster des photos de leurs enfants sur Twitter en réponse à la caricature Bill Leaks sous le hashtag #PèresIndigènes.

Dans l’après-midi du jeudi 4 août, le journal a défendu le travail du caricaturiste en une déclaration le rédacteur en chef du journal, Paul Whittaker, a déclaré qu’ils étaient fiers de son importante contribution au débat national sur les questions indigènes cruciales et qu’ils estimaient que la caricature avait forcé un examen de ces questions fondamentales.

La comunidad indígena australiana protesta por una viñeta que considera racista

Le vendredi 5 août, l’auteur a envoyé au journal une version de la caricature controversée dans laquelle le dessinateur se substitue à l’enfant et est remis pour punition à une personne armée d’une batte et d’une corde portant un T-shirt avec le logo de Twitter.

Police: ce type a dit la vérité et il trouve ça drôle Homme avec un bâton: laissez-moi faire…

Pour cette image, The Australian et le caricaturiste ont été avertis d’une possible enquête de la Commission des droits de l’homme pour violation de la section 18C de la loi sur la discrimination raciale. L’affaire a été classée en novembre 2016 sans enquête.

Le caricaturiste s’est défendu contre les accusations de racisme en décrivant ses détracteurs comme des« propagateurs de colère » qu’il a qualifiés de« Twitter bien-pensants« . (Traduction plus précise en attente)

Il a déclaré que l' »épidémie » de « rage incontrôlée » à travers les médias sociaux en Australie rendait impossible tout « débat intelligent » sur des questions sociales sérieuses. Par exemple sur des questions telles que « la violence, les abus et la négligence croissants à l’égard des enfants dans les communautés autochtones éloignées ».

Cependant, certains caricaturistes ont pris position sans réserve contre Bill Leak, et sont entrés dans le jeu en répondant par leurs caricatures.

ilya-milstein

Dessin animé par Ilya Milstein

Le 19 septembre 2016, Survival International, une organisation qui défend les droits des peuples indigènes et tribaux, a inclus Bill Leak parmi les quatre nominés pour leur.. prix du raciste de l’année. Au final, le prix du raciste de l’année 2016 a été attribué au président du Botswana.

La communauté indigène d'Australie proteste contre une caricature qu'elle juge racisteBill Leak est mort le 10 mars 2017 d’une crise cardiaque.

Related : 76 cas dans d’autres pays

humor-apuros

Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad
Artículos relacionados