Le caricaturiste jordanien Osama Hajjaj est accusé de délits religieux

 
 
Le caricaturiste jordanien Osama Hajjaj est accusé de délits religieux

Dessin humoristique du Jordanien Osama Hajjaj sur le planning familial dans son pays

Ou du moins c’est ce qui est sous-entendu, car l’article 150 du code pénal du pays, pour lequel il a été accusé, stipule que :

« Tout écrit ou discours qui a pour but ou résultat d’attiser les préjugés sectaires ou raciaux ou d’inciter au conflit entre différentes sectes ou éléments de la nation. est passible d’une peine d’emprisonnement d’un an au minimum et de trois ans au maximum et d’une amende de deux cents dinars jordaniens au maximum« (236€).

Ainsi, le mardi 29 juin 2021, le caricaturiste jordanien Osama Hajjaj (Twitter / Facebook ) a dû comparaître devant un tribunal pour expliquer et clarifier (sic) cette caricature sur le planning familial en Jordanie.

Le dessin animé a été diffusé par la chaîne de télévision privée Roya TV, puis supprimé après que la chaîne et le dessinateur aient reçu un grand nombre de plaintes et de commentaires négatifs.

Au vu des réactions, le dessinateur a immédiatement expliqué sur sa page Facebook (post désormais supprimé ou privé) qu’il s’agissait d’un malentendu et que sa caricature portait sur le contrôle des naissances d’un point de vue social et non sur la religion.

Peu après, Hajjaaj a été informé d’une plainte déposée par deux avocats, ce qui a conduit à des poursuites judiciaires en vertu de l’article 150 du code pénal et de l’article 15 de la loi sur la cybercriminalité.

Cet article stipule : « Quiconque commet une infraction punissable en vertu de toute loi applicable en utilisant le réseau d’information ou tout système d’information ou site Web, ou participe, interfère ou encourage la commission de cette infraction, est passible de la peine prévue par ladite loi. »

Le caricaturiste, accompagné de son avocat, a été libéré de l’audience, bien qu’il ait été placé sous une interdiction de voyager et qu’il attende les résultats de l’enquête menée par le ministère des Affaires publiques.

Cet organe déterminera la possibilité d’un procès. Il risque entre un et trois ans de prison et une amende de 200 dinars jordaniens.

Hajjaj est membre de Cartooning for Peace et a du site web du collectif ont exprimé leur solidarité avec le caricaturiste et annoncé qu’ils suivront l’enquête de près.

Ils demandent que toutes les accusations soient abandonnées, considérant que le caricaturiste a déclaré de bonne foi qu’il ne voulait pas offenser la religion de son pays De Cartoon Movement ils font également appel à l’innocence du caricaturiste et demandent que toutes les charges soient abandonnées.

Menacé de mort par l’État islamique

En mai 2015 Osama Hajjaj a reçu plusieurs menaces de mort sur les médias sociaux et par e-mail, prétendument de l’organisation État islamique, en raison de certaines de ses caricatures.

Les menaces de mort ont commencé après qu’il ait publié une caricature dans le journal Al Rai et sur twitter dans laquelle il cherchait à dénoncer l’oppression des femmes dans les pays où la charia est appliquée. Les menaces ont continué pendant plusieurs jours après la publication d’autres caricatures.

Osama Hajjaj a ensuite été contraint par son employeur, l’agence de publicité Rubicam & Young Advertising, de signer un document dans lequel il s’engageait à ne pas dessiner de caricatures sur la religion et la politique.

Lorsque son journal Al Rai a fait faillite, sa seule source de revenus est devenue le travail pour l’agence. Malgré tout cela, Oussama n’a pas renoncé à dessiner.

Il y a tellement de choses qui me semblent absurdes dans ce genre de processus que je ne saurais pas par où commencer.

Tout d’abord, il est triste et ridicule à parts presque égales qu’un humoriste doive se rendre devant un juge pour expliquer, « clarifier » ou justifier ses blagues sous la menace d’une peine de prison et qu’ils appellent cela une « enquête ».

Il est encore plus ridicule qu’il doive prouver qu’il ne voulait pas offenser quelque chose d’aussi abstrait que la « religion » dans un acte qui ressemble plus à une capitulation et à un appel au pardon qu’à une défense de sa liberté d’expression.

Emad, deux fois devant le juge

Le dernier caricaturiste jordanien à avoir été arrêté pour une caricature était un autre caricaturiste jordanien portant le même nom de famille, Emad Hajjaj même nom de famille, Emad Hajjaj.

Emad a été arrêté le 25 août 2020 pour une blague sur l’accord entre Israël et les Émirats arabes unis, jugé « insultant » pour le pays.

La caricature a été publiée dans Al Araby Al Jadeed (New Arab), un média panarabe basé à Londres. Le caricaturiste risquait une peine de prison allant jusqu’à 5 ans.

Le 23 décembre 2020, le tribunal pénal d’Amman a décidé de mettre fin aux poursuites judiciaires engagées contre le caricaturiste et le charges abandonnées.

Ce n’était pas non plus la première fois qu’Emad avait affaire aux tribunaux pour un dessin. En 2017, il a été enquête pour insulte à la religion sur une caricature qui a été publié (capture d’écran ) le dimanche 29 octobre 2017 sur abumahjoobnews.com et a été retiré peu après.

Le caricaturiste jordanien Osama Hajjaj est accusé de délits religieux

L’humour en difficulté, un recueil de cas (III)
Des cas de caricaturistes qui ont eu des problèmes d’une certaine importance à cause de leurs caricatures ou illustrations satiriques. Il y a aussi quelques histoires d’autres personnes qui, sans être des dessinateurs, ont eu des ennuis pour les avoir partagées.


Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad
Artículos relacionados