Cartoons for Change contre le travail des enfants

 

Cartoons for Change contre le travail des enfants

La Journée internationale de l’enfance sera célébrée le 20 novembre, mais des centaines de millions d’enfants n’ont rien à fêter.

Ainsi commence l’appel de Caricatures pour le changement des caricaturistes et illustrateurs du monde entier pour participer à une action de protestation commune.

Il est absolument inacceptable, cruel et illégal que 72 ans après la Déclaration universelle des droits de l’homme et 31 ans après la Convention relative aux droits de l’enfant, il y ait près de trois cents millions d’enfants contraints de travailler.

En juillet 2019, l’Assemblée générale des Nations unies a déclaré 2021 Année internationale pour l’élimination du travail des enfants Eradication du travail des enfants Sous la direction de l’Organisation internationale du travail , l’Assemblée générale des Nations unies a déclaré 2021 Année internationale pour l’élimination du travail des enfants

Dessins humoristiques sur le mur de Berlin

Cartoons For Change prépare une exposition en Allemagne, les œuvres seront accrochées au mur de Berlin en guise de protestation contre le travail des enfants sous le slogan #BerlinWall2021 et sur les médias sociaux dans le cadre de sa campagne mondiale #365DaysAgainstChildLabor De nombreux auteurs les dessins et illustrations ont déjà été envoyés par des enfants de différents pays et commencent à être utilisés comme base pour la campagne mondiale de la campagne imprimer.

Les œuvres doivent être envoyées à cartoons@itima.org avec la plus haute résolution possible pour l’impression car certaines d’entre elles seront imprimées pour être placées sur le mur dans des tailles de 1, 5 et 2, 25 mètres. Ils seront également publiés dans la presse et partagés sur les comptes de Twitter e Instagram et sur Facebook @Cartoons4ChangeNow.

Un monde d’enfants contraints de travailler

Selon Cartoons For Change, l’Union européenne prétend respecter les droits de l’homme et les droits de l’enfant, mais l’Europe est aujourd’hui le principal bénéficiaire financier de la misère et du travail des enfants dans les communautés rurales produisant du café, du cacao et de nombreux autres produits agricoles.
La Suisse prétend être une démocratie modèle, mais la Confédération helvétique compte plus d’enfants dans sa chaîne d’approvisionnement en café, thé et cacao que d’enfants dans toutes les écoles suisses.

La plupart des programmes d' »aide au développement » des États-Unis, du Canada, de l’Union européenne, de la Norvège, de la Suisse, du Royaume-Uni, du Japon, etc. qui prétendent contribuer à l’éradication du travail des enfants et à la réduction de la pauvreté non seulement ne parviennent pas à la réduire mais servent également à cacher la cruauté des modèles commerciaux néocoloniaux qui sont la véritable cause de la pauvreté et donc du travail des enfants.

Selon les données de l’Organisation internationale du travail (OIT), il y a plus de 152 millions d’enfants qui travaillent dans le monde. Selon Fernando Morales-de la Cruz, fondateur de Cartoons For Change, les chiffres de l’OIT sur le travail des enfants sous-estiment le nombre total d’enfants exploités.

Des millions d’enfants exploités

L’OIT estime qu’il y a plus de 100 millions d’enfants travailleurs en Asie et plus de 30 millions en Afrique. Cela signifie que le nombre total d’enfants travaillant dans le monde aujourd’hui pourrait être très proche de 300 millions.

Selon la liste noire publiée le 30 septembre 2020 par le ministère américain du Travail, les enfants colombiens sont exploités pour la production de café, d’or, de charbon, de fruits, d’émeraudes, de sucre et de pornographie. Voir le rapport de l’USDOL.

Cartoons for Change contre le travail des enfants

Dessin animé par Antonio Rodríguez @rodriguezmonos (Mexique).

Cartoons For Change considère qu’il est absolument inacceptable, cruel et illégal que 70 ans après la signature de la Déclaration universelle des droits de l’homme et 30 ans après l’adoption de la Convention relative aux droits de l’enfant, même le café, le thé et le chocolat consommés dans les institutions de l’ONU soient fabriqués grâce au travail des enfants. De même, l’OIT et l’UNICEF, qui prétendent protéger les enfants dans le monde entier, et dans tous les centres de pouvoir et d’influence du monde développé, où ils prétendent soutenir et promouvoir les droits des enfants, l’OIT et l’UNICEF, qui prétendent protéger les enfants dans le monde entier, et dans tous les centres de pouvoir et d’influence du monde développé, où ils prétendent soutenir et promouvoir les droits des enfants Objectifs de développement durable.

Cartoons for Change contre le travail des enfants

Dessin animé Chavo del Toro (Mexique).

Il est urgent de mettre fin à l’exploitation de centaines de millions d’enfants. Il y a trop d’industries, comme le chocolat, le café, les mines et bien d’autres, où le travail des enfants continue d’augmenter parce qu’il est si rentable pour les multinationales.

Cartoons for Change contre le travail des enfants

Dessin animé par Gilmar Barbosa (Brésil).

Du champ à la mine

Selon les chiffres de l’OIT, à l’échelle mondiale, le travail des enfants est principalement concentré dans l’agriculture (71%), qui comprend également la pêche, la sylviculture, l’élevage et l’aquaculture, et englobe à la fois l’agriculture de subsistance et l’agriculture commerciale ; 17% des enfants qui travaillent travaillent le font dans le secteur des services ; et 12% dans le secteur industriel, en particulier dans les mines.

Cartoons For Change développe également un projet spécial  » Teachers for Change » pour que les enseignants et les étudiants puissent rechercher et étudier le travail des enfants dans leurs pays respectifs et dans les produits qu’ils consomment. Les enseignants intéressés peuvent suivre le projet à l’adresse suivante sa page Facebook.

José Cartoonist, 14 ans (Colombie)


Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad