Querétaro-Atlas, l’enfer de la violence footballistique

 
Querétaro-Atlas, l'enfer de la violence footballistique.

Comme s’il n’y avait pas assez de violence « légitime » dans le monde, une bataille rangée entre les clubs de supporters de Querétaro et d’Atlas au stade Corregidora au Mexique pendant la deuxième mi-temps du match de samedi a fait au moins 26 blessés et entraîné la suspension de la neuvième journée de la Liga.

Bien que la version officielle soit que personne n’a été tué, des témoignages ont été recueillis auprès de personnes qui disent ne pas pouvoir retrouver leurs connaissances et qui ont été informées par un média qu’elles n’ont pas pu les retrouver celui d’une femme qui ont annoncé à un média que leur ami était mort.

Quoi qu’il en soit, les images sont choquantes. Le degré de cruauté et la cruauté des attaques sont aussi terribles qu’inconcevables.

Aujourd’hui, beaucoup critiquent la position tiède du président de la ligue mexicaine, Mikel Arriola, car on s’attendait à des mesures fortes visant à faire disparaître les barras des stades. Ils pointent également du doigt les propriétaires des clubs qui ne montrent pas une intention claire d’éradiquer ces bandes de criminels des stades, dans ce cas de véritables meurtriers.

Ce triste événement est l’évolution « logique » de l’escalade de la violence dans le football mexicain, mais aussi dans d’autres pays, qui montre des signes inquiétants d’une dangereuse « normalisation » depuis des décennies.


Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad

¿Algo que decir?