Le scrapbook de Persinger, une décennie de dessins et de mémoires de l’époque de la Grande Dépression

 
 
Le scrapbook de Persinger, une décennie de dessins et de mémoires de l'époque de la Grande Dépression

Le scrapbook de Persinger. Pas exactement un livre de poche. Photos : Bibliothèques de l’Université de Columbia.

Bien que leterme « scrapbook » puisse être traduit par« album ou album de coupures« , le concept de « scrapbooking » qui n’est pas nouveau, est plus large, puisqu’il s’agit de capturer des mémoires, des émotions ou des événements importants à l’aide de photographies, de dessins, d’annotations et de toutes sortes d’embellissements.

En 2020, un sculpteur et collectionneur australien nommé Eric Oglander a acheté ce vieil et encombrant album lors d’une vente aux enchères et publié les photos sur son compte Instagram.

Un ami de Karen GreenKaren, conservatrice des bandes dessinées et des dessins animés à la bibliothèque des livres rares et des manuscrits de l’université Columbia, l’a taguée dans le post d’Oglander et a piqué sa curiosité. Karen a contacté le collectionneur, qui l’a invitée à voir l’original.

Ils sont finalement parvenus à un accord et, pour un montant presque identique à celui que Karen Green avait laissé dans ses fonds d’acquisition de manuscrits, elle a acheté ce curieux artefact. Comme l’université n’avait pas de budget pour sa préservation, elle a posté un message à ce sujet sur Facebook et, finalement, elle a pu mettre la main dessus Maggie ThompsonGreen, un collectionneur de bandes dessinées et rédacteur en chef du regretté Guide de l’acheteur de bandes dessinées (1971-2013) a fait don de l’argent nécessaire pour couvrir les coûts de sa conservation.

D’une collection de bandes dessinées à un journal de mémoires

Cet engin de 830 pages, de 12 pouces d’épaisseur et de 16 livres est un album qui appartenait à un barbier du Kansas nommé I. A. Persinger. A. Persinger.

Persinger a commencé le livre en 1928 comme un recueil des « Tubes de lavageLes bandes dessinées« Bungalow » de Roy Crane pour le divertissement des visiteurs de son salon de coiffure appelé« Bungalow » à Fredonia (Kansas). L’album a évolué, a été mis à jour et reformaté (ou plutôt rafistolé) pendant près d’une décennie (1939) pour devenir une sorte de journal historique avec des notes et des dessins du barbier et de ses clients.

Bien que la plupart des pages contiennent deux bandes « Wash Tubbs », elles sont devenues, au fil des ans, un lieu où l’on peut commenter l’état du monde ou la durée de la Dépression, parmi de nombreux autres sujets, un peu comme les sites de réseaux sociaux d’aujourd’hui, mais aussi dans les traditionnels livres d’or des bars, des musées, etc.

M. Persinger avertit à plusieurs reprises ses lecteurs de manipuler le livre avec précaution, et le qualifie de « relique ». Sur une page, il note que la « Dépression est toujours là », mais « Elle n’a pas très faim » et que « Seule la sottise (ou l’humour, je suppose) semble faire durer les choses ». Ses inscriptions constituent également une intéressante collection de témoignages et de mémoires de personnes ayant subi diverses épreuves à cause de la Grande Dépression.

Le scrapbook de Persinger, une décennie de dessins et de mémoires de l'époque de la Grande Dépression

Le barbier, qui signe presque toutes ses notes par « Par Persinger », numérote également les pages et ajoute la date à toute inscription

Ce que l’on sait de I. A. Persinger par I. A. Persinger ?

Sur une interview à Atlas Obscura, Karen Green, qui pense que les commentaires et les dessins de l’album peuvent fournir des informations précieuses sur la vie et l’art dans l’Amérique rurale pendant la Grande Dépression, répond à cette question :

 » Sur la quatrième de couverture, qui s’est passablement détériorée, Persinger écrit ce qu’il faut faire du livre, mais tout n’est pas lisible : ‘Ce livre va à mon grand …’ / … le A. Cline / Elk Co. Moline Kansas. « Après avoir écrit un billet de blog à ce sujet, j’ai reçu un courriel du dessinateur, qui m’a encouragé à faire une critique du livre David Laskyqui a été encouragé à faire des recherches généalogiques. Persinger a eu une fille nommée Hattie, dont le nom de mariage était Cline. Elle vivait à Moline, qui se trouve dans le comté d’Elk, et avait un fils nommé Myrel. Cela nous a permis de combler certains vides.

Il existe également une page qui ne contient que des messages de clients, tous datés. Ils ont écrit d’où ils viennent, et la plupart d’entre eux sont de la ville de Moline, qui se trouve à quelques kilomètres 80 km de Fredoniaà l’extérieur, donc le salon de coiffure de Persinger avait clairement une certaine portée !

Le scrapbook de Persinger, une décennie de dessins et de mémoires de l'époque de la Grande Dépression

Maintenant, en raison de la difficulté de consulter un livre de cette taille, de ce poids et de ce nombre de pages maintenues ensemble par de longues vis en fer, ils ont commencé à le protéger contre une détérioration supplémentaire, ce qui signifie que le volume ne sera pas disponible pour la lecture avant 2022 (et seulement sur rendez-vous).

Très probablement, pour limiter l’usure, le livre sera désassemblé, numérisé et réassemblé, afin que l’album puisse conserver son caractère d’artefact et offrir aux chercheurs un accès complet.

Green pense que lorsque le livre sera réassemblé, ils devront s’appuyer sur les images numérisées (qui ne seront probablement disponibles que sur les serveurs des bibliothèques en raison de problèmes de droits d’auteur).

Mise à jour 2022, voir le livre complet numérisé de Persinger.

Mise à jour du 12 septembre 2022

Karen Green m’a envoyé un courriel aujourd’hui pour m’informer qu’ils ont finalement obtenu l’autorisation d’Andrews McMeel, qui détient les droits d’auteur de la bande Wash Tubbs, de la rendre accessible au public.

Il a été entièrement numérisé et ses 1590 pages sont désormais disponibles dans toute leur splendeur. à Internet Archive.

Après une première lecture rapide, j’ai déjà sauvegardé au moins 10 pages avec des curiosités qui pourraient bien devenir des histoires à écrire.

Un sac de secrets possibles

Le scrapbook de Persinger, une décennie de dessins et de mémoires de l'époque de la Grande Dépression

L’université affirme que ce tome pourrait contenir de nombreux secrets qui restent à découvrir. Lors d’une première consultation en vue d’une action de conservation, la reliure a été soulevée et une inscription en rimes a été trouvée sur l’intérieur du dos :

« Chers amis, veuillez écrire une ligne / Dans mon petit livre de Wash Tubbs. / Aide-moi à te garder dans mon esprit ».

Le scrapbook de Persinger, une décennie de dessins et de mémoires de l'époque de la Grande Dépression

Sa traduction en anglais, qui perd la rime, donne quelque chose comme ceci :

Mes chers amis. S’il te plaît, écris une ligne/Dans ce petit livre de Wash Tubbs qui est le mien/Aide-moi à te garder dans mon esprit/Souvenir du Robbin. Remember the Dove/Remember the night you fell in love. Oh oui.

Monsieur I. A. Persinger, le barbier

Karen Green estime que le livre suggère de nombreuses pistes de recherche possibles, parmi lesquelles, je pense, l’une des principales Qui était I. A. Persinger au-delà d’un barbier ? On ne sait pas encore grand-chose, mais à l’entrée la soumission du manuscrit sur le blog de l’université affirme qu’il a fini par ajouter le poste de juge d’homologation à sa liste d’accomplissements, comme l’indique cette photo de presse non datée montrant un Persinger au « visage sévère, mais aux cheveux parfaits ».

Le scrapbook de Persinger, une décennie de dessins et de mémoires de l'époque de la Grande Dépression

Bien que pour certains, ces publications puissent sembler avoir une valeur historique faible ou discutable, on ne peut ignorer qu’au-delà des curiosités ou des anecdotes banales qu’elles contiennent, elles peuvent offrir un instantané très approximatif des sentiments des gens de l’époque. Personnellement, j’ai toujours été fasciné par eux. Ils offrent ces versions « alternatives » de l’histoire qui se basent généralement sur les principaux protagonistes et qui ont tendance à laisser de côté le reste des voix de la mémoire collective.

À titre d’exercice, je vous mets au défi de nous relire dans cent ans. Voyons ce qu’il reste de tout ce que nous exprimons aujourd’hui sur les réseaux sociaux.

Sources consultées :

Ficha aux Bibliothèques de l’Université de Columbia

Un album de bandes dessinées offre une fenêtre sur le Kansas de l’époque de la Dépression/ Karen Green

L’album de bandes dessinées de 36 livres qui retrace l’histoire de l’entreprise la Grande Dépression/Atlas Obscura

En mémoire de la mémoire : L’abandon du monopole de l’esprit /Primus


Karen Green (conservatrice des bandes dessinées et des dessins animés) et Alexis Hagadorn (conservateur en chef) présentent, discutent et analysent « Persinger’s Scrapbook », un artefact unique de l’époque de la Dépression composé de bandes dessinées avec des dessins et des annotations, compilées par un barbier de Fredonia, Kansas »


Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad
Artículos relacionados