Taxe sur les riches

 
 
Impuesto a los ricos

Taxe sur les riches. Carton du 01/10/2022 dans CTXT

Le gouvernement a annoncé ce que l’on appelle communément un « impôt sur les riches », bien que le gouvernement y fasse référence comme un « impôt de solidarité » sur les grandes fortunes.

Cet impôt temporaire ne s’appliquera qu’en 2023 et 2024 pour les patrimoines nets supérieurs à 3 millions d’euros et on estime qu’il touchera quelque 23 000 contribuables, soit 0,1 % du total (un sur 1 000). Le gouvernement s’attend à lever environ 1,5 milliard d’euros(1)

Ainsi, cette semaine, nous avons vu certains de ces quelques riches pleurer dans les coins tandis que de nombreux compatriotes ordinaires, avec moins d’argent que celui qui prend un bain, pleuraient avec eux par sympathie pour la perte de la richesse d’autrui.

La majeure partie des médias généraux et/ou traditionnels et certains médias numériques, ainsi que ceux qui se disent « économiques », ont laissé leurs jaunes dans leurs habituels titres jaunes de catastrophes.

Bonus : Surprise, la baisse des impôts pour les plus riches ne profite qu’aux … plus riches. C’est le titre d’un article intéressant sur le blog « La ciencia y sus Demonios » dans lequel on nous rappelle, entre autres, que les avantages d’une baisse des impôts pour ceux qui ont le plus ne font pas couler l’argent allègrement vers ceux qui ont moins, comme le prétendent les néolibéraux en fauteuil

« C’est ce que viennent de réaffirmer des chercheurs du King’s College (encore une fois, car la liste de ces études devient ennuyeuse). Les auteurs ont analysé les effets de 30 réformes menées dans 18 pays de l’OCDE, dont bien sûr les plus emblématiques (comme celles de Ronald Reagan ou Margaret Thatcher) ainsi que de nombreuses autres provenant du reste des pays développés. Et lorsque l’on compare les 5 années précédant la réduction d’impôt pour les plus riches dans chaque pays avec les 5 années suivant les « réformes », les résultats ne pourraient être plus clairs ». (Source).

Résumé

« Les 50 dernières années ont vu une baisse spectaculaire des impôts sur les riches dans toutes les démocraties avancées. Toutefois, les conséquences économiques de ce changement radical de la politique fiscale continuent de faire l’objet d’un vif débat dans les milieux politiques et universitaires

Cet article contribue à ce débat en utilisant un indicateur nouvellement construit des impôts sur les riches pour identifier tous les cas de fortes réductions d’impôts pour les riches dans 18 pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) entre 1965 et 2015

Nous estimons ensuite les effets moyens de ces grandes réformes fiscales sur les principaux agrégats macroéconomiques. Nous constatons que les réductions d’impôts pour les riches entraînent une plus grande inégalité des revenus à court et à moyen terme. En revanche, ces réformes n’ont pas d’effet significatif sur la croissance économique ou le chômage. Nos résultats fournissent donc des preuves solides contre le point de vue influent de l’économie politique selon lequel les réductions d’impôts pour les riches « ruissellent » pour stimuler l’économie globale »

Taxe sur les riches

Les conséquences économiques d’importantes réductions d’impôts pour les riches

David Hope, Julian Limberg

Socio-Economic Review, Volume 20, Issue 2, Avril 2022, Pages 539-559. Licence. Creative Commons CC-BY-NC


Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad
Artículos relacionados
Hipotecas

Hypothèques

Les patrons du mal

50 secondes