La théorie du complot de Nik sur le plagiat, selon Nik

 
La théorie du complot de Nik sur le plagiat, selon Nik

"J'ai fait faire des dessins qui ressemblaient à des plagiats d'autres artistes".

L'un des fardeaux les plus lourds et les plus difficiles à soulever pour un artiste est d'être considéré comme un plagiaire récidiviste.

Le cas de Cristian Gustavo Dzwonik, alias "Nik", est peut-être le plus représentatif, car son nom a longtemps été associé principalement à deux problèmes, tous deux liés à la même chose : la copie flagrante d'autres auteurs et la création de "Gaturro", qui a toujours été considérée comme un"bootleg" de Garfield, c'est-à-dire une édition non autorisée ou "piratée" ainsi qu'une mauvaise copie du célèbre chat de Jim Davis.

Et lire "Nik" dans n'importe quel contexte, c'est la garantie de trouver des allusions au plagiat. Dans cette note, le sujet est plus développé.

La mauvaise image et l'antipathie d'une bonne partie du public et des collègues de la guilde que le dessinateur traîne ont fini par provoquer une cascade sans fin de blagues et de mèmes et aussi que la statue de "Gaturro" est devenue le personnage le plus vandalisé du Paseo de la Historieta.

Il y a quelques jours, Andrés Diplotti, caricaturiste et autre, a commenté cette situation avec dérision :

"La ville devrait organiser des visites guidées du vandalisme de Gaturro. Activités obligatoires pour tous les visiteurs de la ville de Buenos Aires : danser le tango, manger des croissants, visiter le cimetière de Recoleta, vandaliser la statue de Gaturro.

Tous les Argentins, toutes tendances politiques confondues, s'accordent à dire que la statue de Gaturro existe pour être vandalisée. Le seul qui n'est pas d'accord, c'est Nik".

Nik n'a jamais parlé en profondeur des accusations de plagiat les deux ou trois fois où on lui a posé la question (également avec peu de développement et de détails). Il a toujours pris la tangente en avançant des arguments aussi boiteux que le fait qu'il soit poursuivi en raison de ses opinions politiques.

Diego Sehinkman a interviewé l'auteur sur TN à propos d'un autre sujet et c'est le dessinateur qui a introduit le sujet.

Tout porte à croire qu'il ne s'agit pas d'une coïncidence, car vu le ton condescendant et complice du présentateur et ses questions complaisantes basées mot pour mot sur les opinions que l'interviewé débite, il est plus que probable qu'il s'agisse d'un accord entre eux deux.

La théorie du complot de Nik sur le plagiat, selon Nik

"Les seules personnes qui m'ont toujours intimidé sont Néstor et Cristina".

Toutes les captures d'écran avec les gros titres alimentent les mèmes

Le fait est qu'il me semble que c 'est la pire défense que j'aie jamais vue, car cette fois l'absurdité est plus qu'évidente et il compare même les critiques à des "méthodes de la Seconde Guerre mondiale". Je suppose que, dans sa tête, Nik a pensé que l'introduction subliminale du nazisme était une idée gagnante.

Bref, en deux minutes de ridicule, il se présente une fois de plus comme une victime de persécution et rejette toute la responsabilité sur la gauche, y compris la manipulation d'images pour créer une "légende urbaine" et affirme que les pages qui parlent de ses "ressemblances raisonnables" sont "parrainées par l'État". C'est ce qu'il appelle un "dossier noir".

Selon Nik, il s'agit du premier cas au monde dans lequel un dessinateur a été piégé à grande échelle par les plus hautes instances afin de... hmmm... je ne sais pas. Je suppose que c'est ainsi que sont les conspirations, elles n'ont pas besoin d'être logiques ou d'avoir une explication rationnelle.

La théorie du complot de Nik sur le plagiat, selon Nik

"Tout le monde a 3 ou 4 blagues similaires".

Je ne peux que vous donner un peu de raison dans ce que vous dites, parce que c'est vrai, bien que vous l'utilisiez comme un moyen de tromperie. Tous les dessinateurs ont des œuvres qui ressemblent à quelque chose d'autre ou qui peuvent coïncider avec d'autres œuvres par pure coïncidence (ou des blagues évidentes) bien au-delà d'une ressemblance raisonnable, même s'il n'y a pas d'intention de plagier.

Mais dans le cas de Nik, même si j'aimerais les nier ou les minimiser, il ne s'agit pas de trois ou quatre cas. Il y en a des dizaines, certains plus évidents que d'autres. De plus, la différence est déterminée par la réponse qui est donnée lorsque cela se produit.

Quoi qu'il en soit, voilà ces deux minutes de délire.

Programme complet, l'interview commence à 1:22:19 et les cas de plagiat à 1:35:09


Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad

Artículos relacionados

Este blog se aloja en LucusHost

LucusHost, el mejor hosting