Ben Garrison, le caricaturiste dédaigné

 
Ben Garrison, le caricaturiste méprisé

« Je n’aurais jamais cru voir le jour où Ben Garrison se retournerait contre Trump », a commenté @kimpossiblefact sur Twitter.

Et ce caricaturiste, donald Trump amoureux fidèle et activ activiste antivaccinsest déçu par son leader bien-aimé, qu’il a dépeint pendant des années comme un super-héros beau et musclé, pour ses récents messages de soutien aux vaccins.

Le geste de ce caricaturiste d’extrême droite mécontent intervient alors que Trump et Bill O’Reilly ont été huées après avoir admis qu’ils avaient tous deux reçu des doses de rappel du vaccin contre le covid.

Dans un récent interview dans une récente interview avec Candace Owens, M. Trump a également encouragé les gens à se faire vacciner et a déclaré que« les gens ne meurent pas lorsqu’ils se font vacciner » et qu’ils sont beaucoup moins susceptibles de devoir être hospitalisés.

Cela a mis les larmes aux yeux de Mme Garrison qui était heureuse lorsqu’il y a tout juste un an, son leader bien-aimé a suggéré d’injecter du désinfectant au personnel et a soutenu qu’il valait mieux que tous ceux qui devaient mourir du coronavirus meurent plutôt que de paralyser l’économie américaine.

Avec l’un de ses habituels méli-mélo graphiques de mots et de phrases colorés, sans ordre, il présente Trump dans le « train des vaccins » avec un geste de surprise (je suppose) se faisant huer par « les siens », représentés comme une masse uniforme de personnes énervées avec des bonnets rouges.

Le caricaturiste a fait de la lèche à Trump à tel point que tout ce qui ressemble à une critique est déjà pour beaucoup quelque chose de miraculeux, même si dans ce cas, c’est une excuse pour répéter le discours empoisonné et fatigant de la conspiration anti-vaccins.

Mais selon Garrison, tout cela est bien moins dramatique qu’il n’y paraît. Le caricaturiste dit garder intact son fanatisme et sa passion pour Trump, malgré le fait que son amour n’était pas réciproque et dans un texte sur son blog accompagnant la caricature en question, dans laquelle il débite les allégations et les mensonges habituels des théoriciens de la conspiration les plus bornés, il dédramatise l’affaire et assure :

« Je ne me suis pas retourné contre Trump. Une caricature critique ne constitue pas un tour. Je ne suis pas d’accord avec lui sur les vaccins et je veux qu’il quitte le wagon des Big Pharma ».


Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad