Un journal néo-zélandais s’excuse pour sa caricature sur l’épidémie de rougeole à Samoa et suspend le dessinateur

 
Un journal néo-zélandais s'excuse pour sa caricature sur l'épidémie de rougeole à Samoa et suspend le dessinateur

Le journal Otago Daily Times de Nouvelle-Zélande s’est excusé pour cette caricature sur l’épidémie de rougeole à Samoa et a suspendu son dessinateur Garrick Tremain (1941)

Dans la scène, deux femmes sortent d’une agence de voyage et l’une d’elles commente :

« Je lui ai demandé quels étaient les endroits les moins populaires en ce moment… » Elle a répondu : « Ceux que les gens attrapent à Samoa« .

Le jeu de mots réside dans l’utilisation du mot « tache », qui peut être traduit par « lieu », « tache », « tache » ou « tache ».

Certains Néo-Zélandais, ainsi que des Samoans, n’ont pas très bien pris la blague.

Excuses dans la rue

Sur Twitter, certaines personnes ont sauvé et posté d’autres caricatures de l’auteur, accusant le journal de diffuser des messages racistes et appelant à la seule réponse valable, le licenciement du caricaturiste.

Un diario de Nueva Zelanda se disculpa por una viñeta sobre el brote de sarampión en Samoa y suspende al dibujante

Une ancienne caricature de Garrick Tremain l’a souligné. Otago Daily Times, 31 août 2000. Source Bibliothèque nationale nouvelle-Zélande

Mais les actions sont allées plus loin, puisqu’une quarantaine de personnes se sont rassemblées pour protester devant les grilles du journal sur Stuart St dans le centre de Dunedin. Le rédacteur en chef est sorti et s’est excusé auprès des manifestants et des médias rassemblés sur place.

Un diario de Nueva Zelanda se disculpa por una viñeta sobre el brote de sarampión en Samoa y suspende al dibujante

Barry Stewart, rédacteur en chef de l’Otago Daily Times, s’adresse aux manifestants devant le bureau du journal et lit des excuses. En arrière-plan, un manifestant lui donne un adjectif affectueux. Vidéo sur Stuff.

Le journal a également publié les excuses dans ces termes :

Un journal néo-zélandais s'excuse pour sa caricature sur l'épidémie de rougeole à Samoa et suspend le dessinateur

Traduction

Aujourd’hui, l’Otago Daily Times a publié une caricature faisant référence à la crise de la rougeole à Samoa.
Le contenu et le moment de la caricature étaient insensibles, et nous nous excusons sans réserve de l’avoir publiée.

Nous avons publié de nombreux articles sur les souffrances humaines causées par l’épidémie. Ce ne sont pas des histoires à propos d’un virus, ce sont des histoires de vraies personnes, de vraies blessures et de vraies tragédies.

Cela aurait dû être notre point de départ pour envisager la publication de la caricature. C’était une erreur de jugement profondément regrettable.

Nous allons revoir notre processus de sélection. Elle doit être robuste. Notre communauté n’en attend pas moins.

Barry Stewart, éditeur.

Tremain se défend

Le caricaturiste, dans un premier temps, n’a pas réagi de la même manière. Il a défendu sa caricature comme étant « une simple blague inoffensive » et a déclaré qu’il n’allait pas s’excuser « auprès de toute la nation samoane », ajoutant ironiquement :

« Des gens m’ont appelé pour me demander des excuses et m’ont dit que je n’avais pas le droit de faire des caricatures ou de mentionner les Samoa à l’heure actuelle, ce qui exclut les excuses car je pouvais difficilement faire cela sans mentionner les Samoa. »

Finalement, il a reconnu un « manque de jugement » et a décidé de publier des excuses aux « personnes offensées », de sa propre écriture, sur son site Web :

Un journal néo-zélandais s'excuse pour sa caricature sur l'épidémie de rougeole à Samoa et suspend le dessinateur

Dans un interview avec RNZ, Garrick a déclaré qu’il avait entendu les plaintes de plusieurs Samoans et qu’il était désolé de les avoir dérangés.

« Je me suis personnellement excusé auprès de ceux qui m’ont dit que je les avais contrariés. Je ne voulais pas le faire, mais si vous pensez que je dois m’excuser personnellement auprès de toute la nation samoane, je ne le ferai pas ».

Dans cette atmosphère politiquement correcte dans laquelle nous étouffons, nous devons garder à l’esprit qu’il y a un nombre croissant de personnes qui se réveillent le matin et dont la première intention est de trouver quelque chose à se reprocher. C’est une chose à laquelle nous n’avons pas eu à faire face dans le passé comme aujourd’hui.

Je ne vois rien de mal dans ce dessin animé. Le dessin animé ne cause pas plus de décès, il ne se moque pas des décès, il se moque d’un malentendu stupide d’un agent de voyage parlant à quelqu’un. »

Le caricaturiste est maintenant « suspendu ». L’Otago Daily Time ne publiera plus de caricatures de Garrick Trermain pour le moment. Je ne sais pas ce que signifie exactement cette « suspension », d’après la façon dont ils y font référence, il semble s’agir d’une mesure temporaire pendant qu’ils décident de ce qu’ils vont faire du dessinateur. Quoi qu’il en soit, à Samoa, la dernière chose dont ils devraient s’inquiéter en ce moment est une caricature.

La rougeole à Samoa, une affaire sérieuse

Une épidémie de rougeole sévit à Samoa depuis octobre. Selon faits selon le rapport du gouvernement du 4 décembre, 4 052 cas ont été signalés depuis le début de l’épidémie, dont 171 au cours des dernières 24 heures. À ce jour, 62 décès liés à la rougeole ont été confirmés, la grande majorité étant des enfants.

Un journal néo-zélandais s'excuse pour sa caricature sur l'épidémie de rougeole à Samoa et suspend le dessinateur

Antivaccins arrêtés

La situation est telle que le premier ministre de Samoa, Tuilaepa Sailele Malielegaoi, a pris des mesures d’urgence et ordonné la fermeture de tous les services publics et des entreprises non essentielles pour tenter de mettre fin à l’épidémie le plus rapidement possible.

Et tandis que la lutte contre l’épidémie mortelle de rougeole a arrêté un éminent (sic) activiste anti-vaccin local.

Edwin Tamasese a été arrêté le jeudi 5 novembre et accusés d’incitation contre les ordres de vaccination du gouvernement. Il risque une peine de prison pouvant aller jusqu’à deux ans.

Related, plus de 130 cas dans le monde :

humor-apuros

Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad