Uberisation de l’emploi

 
 

Uberisation de l'emploi

Uberisation de l’emploi

Dessin du 30/01/2019 dans CTXT

Lorsque l’on commence à collectionner les années, il est inévitable d’essayer de faire des comparaisons, parfois avec une pointe de nostalgie, avec ces temps passés qui nous semblent presque toujours meilleurs. L’optimisme de la jeunesse nous empêchait de croire que tout serait toujours aussi mauvais, et encore moins que cela pourrait empirer.

Avec le marché du travail, j’ai parfois ce sentiment, quand je repense à mes premiers emplois (c’est le sujet d’un autre billet) et au panorama de ces années 80 et début 90 difficiles, et pas du tout faciles, pour gagner sa vie, il me vient à l’esprit des expériences qui sont presque aussi proches du travail de pacotille que les actuelles, mais même parmi la pacotille il y a des niveaux de putridité.

Uberización del empleo

Jooble, empleo en EspañaEmploi en Espagne

Lorsque vous cherchiez un emploi, et je parle d’emplois destinés aux travailleurs non qualifiés pour s’en sortir, les « bons » emplois étaient presque une légende, vous teniez pour acquis que ce que vous trouveriez se répartissait en quatre groupes principaux.

L’évolution des déchets

Toute l’année, il y avait une abondance de travail à forfait pour vendre n’importe quoi à la commission, sans rémunération. Même s’ils l’ont appelé un « contrat », c’était, et c’est toujours, un morceau de papier équivalent à ne rien avoir.

Il y avait aussi les éternels emplois au noir dans l’éternelle économie souterraine, ce que nous appelions « chapú » par ici, que dans d’autres endroits ils appellent « ñapa », je crois.

Si vous aviez de la chance, vous pouviez également obtenir un contrat saisonnier dans le secteur des services (si vous viviez dans une zone touristique ou à proximité, n’importe qui pouvait être serveur).

Et enfin, le grand prix, le « vrai » contrat de travail tant convoité, il y avait même des contrats à durée indéterminée et tout.

Personne, ou très peu, ne vous demandait de vous inscrire comme indépendant pour pouvoir travailler, cela était réservé aux transporteurs ayant leur propre véhicule et leurs dérivés, qui étaient généralement des personnes d’un certain âge et ayant de l’expérience dans leur domaine.

Petit à petit, des pizzerias et d’autres entreprises alimentaires ont commencé à apparaître, avec livraison par moto, et bien que l’on tienne pour acquis qu’il s’agissait d’emplois occasionnels, personne n’a négligé le fait qu’ils gagnaient de la merde, mais moins c’est rien. C’était un « truc de jeunes ».

Uberización del empleo

Si je devais comparer cette époque à celle d’aujourd’hui, je suis désolé, ce n’est pas de la nostalgie mal placée. Ce que nous avons maintenant bat à plate couture tout ce dont je me souviens.

Non seulement la langue a été prostituée, mais la première chose qui a été piétinée a été les droits, toutes les coupes sont tombées sur le travailleur, sur ses salaires et ses droits, tout a été entouré d’un faux emballage de nouveauté technologique et de modernité pour re-baptiser et normaliser la précarité et l’exploitation. En outre, nombre de ces multinationales continuent de demander que les lois soient modifiées et rédigées sur mesure pour légitimer leurs rackets.

Et ils vont même jusqu’à « suggérer » à leurs employés de rejeter les droits et les lois et d’embrasser l’entreprise comme s’il s’agissait d’un culte. Au milieu de tant de revers, nous sommes soulagés d’entendre parler de certains progrès.

Vous êtes libre

Les entreprises de la fausse économie collaborative sont très claires : le profit réside dans l’exploitation du besoin jusqu’à ses ultimes conséquences, sachant que la situation du marché du travail a mis tous les travailleurs à leur disposition, si l’un ne le fait pas, un autre le fera.

Et ils appellent cela la liberté de choix. C’est-à-dire que vous avez la liberté de ne pas choisir leur merde, donc ils continuent à la proposer de plus en plus grande, et d’autres entreprises arrivent en proposant des offres encore plus grandes pour rivaliser.

Related : Cabify : faits et mystères de la première « licorne » espagnole

Uberisation de l'emploi

Caricature du 02/02/2019 dans CTXT

Oh, une application !

Ils nous distraient en nous disant que leur entreprise est basée sur une application, tout cela est très cool et moderne et que si vous ne l’acceptez pas, vous êtes un néo-luddite. Vous ne pouvez pas aller à l’encontre des avancées technologiques.

Uberisation de l'emploi

Les « libéraux » éclairés craquent. Il n’y a pas de blague qui bat le personnage

Mais quelles sont ces avancées ? Que l’appareil permettant de commander des produits ou de contracter des services soit un téléphone, bienvenue dans l’avenir de l’ancien. Avec des noms et des couleurs comme Silicon Valley.

Uberización del empleo

Les emplois sont toujours les mêmes. Maintenant, avec l’ajout d’un mécanisme pour encadrer, contrôler et évaluer les employés, des boutons de vote et des sondages sont introduits. Avec ce système, le client peut faire le sale boulot de l’entreprise. L’employeur peut passer au crible, punir, réduire les salaires ou même licencier des travailleurs en fonction des résultats d’un vote numérique.

Et c’est ainsi que commencent à apparaître ce que certains appellent les travailleurs« Like », des travailleurs qui vivent dans l’angoisse de ce que diront les gens dans le réseau libre d’électeurs créé par l’entreprise et qui laissent le sort de leurs employés entre les mains des clients pour qu’ils puissent continuer à les exploiter de manière plus « démocratique » et humanisée.

Uberización del empleo

Caricature du 15/12/2018 dans CTXT

Et s’il n’y a pas si longtemps, nous pensions que payer pour travailler, c’était trop déformer la plaisanterie, il suffit de lire ce qui est raconté ici, des travailleurs qui reçoivent des salaires qui servent à payer l’entreprise. Les chauffeurs d’Uber et de Cabify engagés par Atlantis Media, une société gérée par le président d’Unauto, dénoncent avoir reçu des fiches de paie négatives.

Oui, pour être payé.

Uberisation de l'emploi

Je n’ai jamais aimé jouer à prédire l’avenir. J’espère ne pas avoir à revenir sur ce texte lorsque l' »ubérisation » de l’emploi s’étendra à tous les secteurs et métiers. Nous pourrions nous retrouver à emprunter de l’argent pour payer les frais d’examen qui nous permettront de postuler à un emploi, rémunéré ou non. Dans une entreprise qui nous exploite au maximum, et heureusement, car il est bien pire de ne pas avoir de travail.

Uberisation de l'emploi


Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad
Artículos relacionados