La diplomatie israélienne

 
La diplomatie israélienne

La diplomatie israélienne. Caricature du 11/05/2024 dans CTXT

L'Assemblée des Nations unies a adopté une résolution appelant la Palestine à devenir un membre à part entière des Nations unies. 143 États ont voté pour, 25 se sont abstenus et 9 ont voté contre. Le vote de la résolution a été poussé par plus de 70 pays, dont l'Espagne, l'Irlande, la Norvège et la Belgique.

Ont voté contre cette "recommandation" les États-Unis et Israël, l'Argentine, la République tchèque, la Hongrie, la Micronésie, Nauru, Palau et la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Cette décision a été prise par l'Assemblée générale à la suite du veto américain au Conseil de sécurité contre l'octroi du statut de membre à part entière à la Palestine. Bien que le statut d'observateur de l'État de Palestine reste inchangé, les nouveaux droits lui confèrent un poids diplomatique plus important.

Bien que la Palestine reste un État observateur, elle n'a pas le droit de voter à l'Assemblée générale ni de présenter sa candidature aux organes de l'ONU tels que le Conseil de sécurité ou le Conseil économique et social, mais, entre autres droits, la résolution lui accorde l'État de Palestine :

  • le droit d'occuper un siège parmi les États membres dans l'ordre alphabétique
  • le droit d'être inscrit sur la liste des orateurs pour les points de l'ordre du jour autres que les questions relatives au Moyen-Orient et à la Palestine, dans l'ordre dans lequel il souhaite s'exprimer
  • le droit de faire des déclarations au nom d'un groupe, y compris parmi les représentants des grands groupes
  • le droit de déposer des propositions et des amendements et de les présenter, y compris oralement, également au nom d'un groupe
  • le droit des membres de la délégation de l'État de Palestine d'être élus au Bureau de la plénière et des grandes commissions de l'Assemblée générale
  • le droit de participer pleinement et efficacement aux conférences des Nations unies et aux conférences et réunions internationales organisées sous les auspices de l'Assemblée générale ou, le cas échéant, sous les auspices d'autres organes des Nations unies, conformément à leur participation au forum politique de haut niveau sur le développement durable

Dans son discours, l'ambassadeur d'Israël aux Nations unies, Gilad Erdan, a déchiré une petite charte symbolique fondatrice des Nations unies, la charte même par laquelle Israël existe en tant que nation souveraine, pour protester contre le résultat du vote parce que, selon ce sociopathe, cela revient à"accorder tous les privilèges au futur État terroriste du Hamas" et a continué à parler d'Hitler et des conneries habituelles de leur propagande auxquelles nous sommes habitués.

Si cet acte symbolique avait été accompli dans les mêmes termes par n'importe quel dirigeant arabe à l'ONU, il aurait été traîné hors de la salle et nous parlerions maintenant d'une troisième et d'une quatrième guerre mondiale ensemble, mais le taureau que les États-Unis accordent à Israël est maintenant bon pour n'importe quel outrage. Ainsi, le criminel et génocidaire Netanyahou continue de grandir et nous voyons que sa pyromanie ne connaît pas de limites.

Le 10 mai, le département d'État américain, dans son hypocrisie infinie et dans une tentative de souffler, a publié un "rapport" qui conclut que"peut-être, peut-être, qui sait, c'est possible, c'est peut-être, nous ne sommes pas sûrs, il est probable qu'Israël est un peu un criminel de guerre et un génocidaire".

Les autres titres qui en découlent sont tous du même acabit.

Les États-Unis considèrent qu'Israël s'est probablement comporté de manière "incompatible" avec le droit humanitaire international.

Trois jours plus tard, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, a fait amende honorable lors d'une conférence de presse en niant le génocide.

"Nous pensons qu'Israël peut et doit faire plus pour assurer la protection et le bien-être des civils innocents. Nous ne pensons pas que ce qui se passe à Gaza soit un génocide".

Pour les complices du génocide en cours, il est "probable" qu'Israël ait violé le droit international, mais ils affirment ne pas disposer de preuves suffisantes. Les plus de 35 300 civils tués(39 675 selon Euro-Med Monitor) ne sont même pas des preuves suffisantes.

Combien de milliers de personnes tuées faut-il pour penser à une purification éthique ? Un million ? Deux ? Nous écrivons les pages les plus tristes de l'histoire tout en nous divertissant avec des pilules de génocide sur Internet qui s'empilent pour former une montagne de preuves de génocide qui est déjà si haute qu'elle a couvert toute lueur de justice.

Un autre sujet encore en suspens est l'examen approfondi et la réprobation sévère du rôle merdique que jouent certains, trop nombreux, médias et agences.

Comme EFE, (agence de presse publique espagnole) qui préfère parler de"fallecimientos", de gens qui meurent comme ça. Il n'y a pas d'adjectif juste pour décrire ce genre d'absurdité. C'est une insulte à l'intelligence et à tous ceux qui apprécient un tant soit peu la profession de journaliste.

La plus haute juridiction de l'ONU a ouvert deux jours d'audience sur une demande sud-africaine visant à faire pression sur Israël pour qu'il mette fin à son opération militaire dans la ville de Rafah, au sud de Gaza, où plus de la moitié de la population de Gaza s'est réfugiée(via Menéame).

Pendant ce temps, les manifestations pro-palestiniennes de l'université de Columbia s'étendent à d'autres campus, y compris dans d'autres pays, et les campements et les actes de répression des forces de l'ordre se reproduisent.


Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad

Artículos relacionados

¿Algo que decir?

Este blog se aloja en LucusHost

LucusHost, el mejor hosting