Espé, le caricaturiste licencié dès son premier jour de travail

 
 
Espé, le caricaturiste licencié dès son premier jour de travail

Première et dernière caricature d’Espé dans la nouvelle rubrique Tour de France de L’Humanité.

Le caricaturiste français « Espé » a peut-être battu un record. Il a été licencié juste après la publication de sa première caricature dans une section inaugurée par le journal.

Sébastien Portet (1974), qui signe son nom « Espé », collaborait pour la première fois au journal français et a envoyé cette blague qui illustrait un texte de l’ancien entraîneur cycliste controversé, Antoine Vayer, qui a également été licencié (je ne sais pas si c’était pour quelque chose dans son texte car je n’ai pas pu le trouver).

Vayer, en charge d’un colonne vayer, responsable d’une chronique quotidienne sur le Tour dans L’Humanité, a défendu la caricature sur Twitter, cherchant une certaine relation avec les caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo.

Sur l’image, le caricaturiste a représenté la cycliste et mannequin à la retraite Marion Rousse, à moitié nue et vêtue de lingerie, aujourd’hui commentatrice sportive cycliste à la télévision, interviewant au lit son partenaire actuel Julian Alaphilippe, qui apparaît avec la langue pendante, bavant.

« Julian, pouvez-vous répondre aux questions de France TV ? »

« Viiiii !! »

Il n’y a pas beaucoup de traces de plaisanterie dans le texte. La vérité est que, en tant que dessin animé, il me semble être un jeu d’enfant et plus vieux qu’ une forêt. Il nous rappelle ces blagues salaces, sans plus de fond, de l’époque des découvertes qui étaient de simples prétextes pour dessiner des nanas avec leurs couilles, peut-être a-t-il voulu faire un revivaldu genre, qui sait. Je ne pense pas qu’il n’ait pas donné sa chance et ce genre de chose ne passe pas bien auprès, disons, des médias en général.

Marion Rousse a commenté comme suit la caricature avec sa caricature sur Twitter :

« Désabusée, L’Humanité est de plus en plus mal en point son nom devient de plus en plus mauvais. Il ne faut pas avoir le moindre respect pour les femmes, pour les femmes, pour ramener à ce niveau six ans d’analyse sportive à la télévision ».

À la suite de la controverse, le journal a présenté ses excuses aux lecteurs de leur site web pour la caricature, la qualifiant de « dégradante et sexiste », et a annoncé qu’elle ne travaillerait plus avec les deux contributeurs.

« Nous avons décidé d’arrêter notre collaboration avec le dessinateur Espé et le chroniqueur Antoine Vayer, partenariat que nous avions initialement établi pour la durée du Tour de France. La raison en est la caricature dégradante et sexiste

signée Espé, visant l’analyste de France Télévision et cycliste Marion Rousse, réduite à un objet sexuel interviewant un concurrent du Tour, Julian Alaphilippe, qui s’est révélé être son partenaire sentimental ».
Sur Twitter ils ont également présenté leurs excuses à Marion Roussse.

« Nous partageons pleinement l’indignation suscitée par cette caricature.Nous l’avons rapidement retirée. Elle est contraire aux valeurs de L’Humanité , qui promeut la dignité humaine et le combat féministe. Marion Rousse, pardonnez-nous pour ce manque de vigilance ».

Le caricaturiste a également elle a dit à l’AFP au sujet du déménagement :

« Je me sens triste, triste, triste. Le journal s’est excusé, le dessin a été supprimé et je ne travaille plus pour L’Humanité. Mon but n’était pas de blesser, pas du tout, il n’y avait aucune intention malveillante, c’était juste une caricature….. Quand un dessin n’est pas compris, c’est une erreur, mais je n’aurais jamais pensé qu’il puisse atteindre ces proportions ».

Espé a également déclaré :« Je voulais évoquer la porosité entre les médias et le sport ( ?) et je voulais m’inspirer des dessins de Tex Avery « . Il est possible qu’Espé ait trouvé la blague ou la supposée critique amusante dans sa tête, mais tout porte à croire qu’il s’agit de quelque chose que lui seul a vu ou n’a pas su résoudre. Quoi qu’il en soit, il s’agissait d’une tentative de plaisanterie et les médias ont décidé de prendre les devants. L’auteur n’est pas un nouveau venu, il a été depuis les années 90 dans le monde de la bande dessinée, bien que ses débuts dans l’humour graphique puissent déjà être classés comme un peu moins qu’un con.

Espé, le caricaturiste licencié dès son premier jour de travail

El humor en apuros, compilation de cas (III)
Des cas de caricaturistes qui ont eu des problèmes d’une certaine importance à cause de leurs caricatures ou illustrations satiriques. Il y a aussi quelques histoires d’autres personnes qui, sans être des dessinateurs, ont eu des ennuis pour les avoir partagées.


Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad
Artículos relacionados