Un groupe de médias s’excuse pour une caricature représentant des autochtones demandant une compensation financière au pape

 
 
Un groupe de médias s'excuse pour une caricature représentant des autochtones demandant une compensation financière au pape

La semaine dernière, sept journaux appartenant à Metroland Media, une filiale de Torstar Corporation dans le comté de Simcoe, au Canada, ont publié cette caricature de Steve Nease.

La scène montre le pape disant« Je suis désolé » à deux personnes d’apparence indigène qui répondent :« Comment (ou combien) désolé ? » où le S est remplacé par un signe de dollar, ce qui suggère que les autochtones demandent une compensation financière.

La caricature fait allusion aux récentes déclarations du pape, qui a demandé le pardon la caricature fait référence aux récentes déclarations du pape, qui a critiqué les peuples autochtones canadiens pour les abus physiques et sexuels systématiques qu’ils ont subis entre 1831 et 1996 de la part de l’Église catholique dans le pays internats « d’assimilation » où ils ont été enfermés pour effacer toute trace de leur identité culturelle.

Le leader de Premières nations Hiawatha laurie Carr a déclaré qu’il était « troublant » qu’une telle caricature ait été publiée en 2022 et que « lorsque vous avez Metroland Media qui tend la main aux peuples autochtones pour siéger à ces comités consultatifs afin de travailler ensemble pour apporter de meilleurs médias et la vérité à la population canadienne dans son ensemble… c’est vraiment décourageant »,

Les autres chefs des Premières nations du sud de l’Ontario estiment que les médias doivent faire un meilleur travail de réconciliation et ont qualifié la caricature d’offensante.

D’autres personnes sur Twitter ont écrit qu’il s’agissait d’une caricature racisteinsultant et honteux.

Réponse du caricaturiste

Steve Nease a écrit dans un courriel à CBC News qu’il pense que des excuses papales sont la première étape pour réparer les torts que les survivants des pensionnats ont subis aux mains de l’église catholique et que le pape devrait « joindre le geste à la parole et dédommager financièrement les victimes ».

« Je sais que beaucoup ont été offensés par ma caricature, et je le regrette profondément. »

« Il n’a jamais été dans mon intention, ni dans celle du journal qui l’a publié, de causer une telle blessure. »

Laurie Carr a déclaré qu’elle était reconnaissante pour les excuses, mais qu’elle aurait préféré qu’il s’agisse uniquement d’excuses, plutôt que d’expliquer l’intention derrière la caricature.

Excuses de la société

Adam Martin-Ronbbins, directeur de la rédaction du groupe de médias qui publie les sept titres, s’est excusé en.. une déclaration dans lequel, entre autres choses, il a déclaré que la caricature n’aurait pas dû être publiée. Voici le texte intégral :


Chers lecteurs du comté de Simcoe, nous vous devons des excuses

La caricature publiée dans nos journaux la semaine dernière était offensante, et nous en sommes désolés, écrit Adam Martin-Robbins.

Lundi 18 avril 2022C’est une question
de confiance. Notre relation avec nos lecteurs est basée sur la transparence, l’honnêteté et l’intégrité. C’est pourquoi nous avons lancé une initiative de confiance pour vous dire qui nous sommes et comment et pourquoi nous faisons ce que nous faisons. Cet article fait partie de ce projet.

Permettez-moi de commencer par ceci : Nous sommes désolés.

La caricature que nous avons publiée sur la page éditoriale de nos sept journaux locaux la semaine dernière était offensante et nous nous en excusons.

Nous nous excusons, en particulier, auprès de nos lecteurs autochtones, notamment nos voisins de la Première Nation Beausoleil et de la Première Nation Rama, ainsi que les Métis résidant à Midland et dans les communautés environnantes. Nous reconnaissons le traumatisme générationnel des atrocités associées au système des écoles résidentielles.

La caricature se voulait un regard satirique sur la façon dont les excuses tant attendues du pape envers les peuples autochtones ne sont pas suffisantes si l’Église catholique romaine ne tient pas également sa promesse d’indemniser les survivants des pensionnats. Mais ce n’était pas la façon de représenter ce point de vue et nous n’aurions pas dû le publier.

Deuxièmement, je tiens à remercier les nombreux lecteurs qui nous ont contactés par e-mail et par les médias sociaux pour nous appeler et nous faire part de leurs préoccupations.

Vos réponses constituent une partie importante de notre réflexion et de notre apprentissage, alors que nous nous efforçons de faire mieux.

C’est aussi un rappel important de l’impact du travail que nous faisons et de ce que nous devons prendre en compte avant de publier du contenu sur les peuples indigènes ou en référence à eux.

Nous devrions, nous pouvons et nous ferons mieux.

Depuis la publication de la caricature, nous avons revu et modifié nos processus afin que cela ne se reproduise pas. Nous avons ajouté une couche supplémentaire d’examen et de surveillance du contenu de notre page éditoriale pour nous assurer qu’il répond à nos normes éthiques.

Nous sommes également conscients que nous avons encore beaucoup à apprendre. Nous nous engageons à suivre une formation continue axée, entre autres, sur l’anti-oppression, l’antiracisme, l’inclusion et la diversité.

Dans notre travail quotidien de journalistes, nous sommes régulièrement confrontés à des décisions éthiques difficiles et faisons souvent ce qu’il faut. Mais parfois, nous nous trompons.

Lorsque cela se produit, nous savons combien il est important de reconnaître nos erreurs.

Reconnaître nos erreurs fait partie de ce qui fait de nous une source d’information de confiance sur laquelle nos lecteurs comptent pour les tenir informés de ce qui se passe dans leurs communautés.

Nous reconnaissons, pour certains lecteurs, que cette erreur de jugement a sapé leur confiance en nous.

Je sais que notre équipe dévouée de rédacteurs et de reporters travaillera dur pour regagner votre confiance.

Je vous assure que nous nous engageons à fournir un journalisme juste, équilibré et éthique, ancré dans les valeurs de respect et de dignité que les lecteurs attendent de nous.

Reg Niganobele grand chef du conseil de la nation Anishinabek, qui compte parmi ses membres des membres des Premières nations du comté de Simcoe, a accepté les excuses, mais a déclaré que ces types de caricatures renforcent le stéréotype selon lequel les autochtones ne cherchent qu’à gagner de l’argent lorsque quelque chose de mal se produit et que les médias devraient prendre des mesures pour inclure davantage de contexte et d’historique lorsqu’ils traitent de questions liées aux autochtones.

Un groupe de médias s'excuse pour une caricature représentant des autochtones demandant une compensation financière au papeL’humour en difficulté, un recueil de cas (III)
Des cas de caricaturistes qui ont eu des ennuis d’une certaine importance à cause de leurs caricatures ou illustrations satiriques. Il y a aussi quelques histoires d’autres personnes qui, sans être des dessinateurs, ont eu des ennuis pour les avoir partagées.


Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad
Artículos relacionados