La Vanguardia retire un dessin de Laplace

 
 

Ce retrait a été motivé par les plaintes de certains lecteurs qui considéraient que la caricature était raciste.

La Vanguardia retire un dessin de Laplace
Le jeu/strip original a été publié le samedi 6 mars 1982 (Voir dans les archives des journaux).

Vendredi dernier, le 26 août, La Vanguardia a publié cette bande dessinée du classique passe-temps des 8 erreurs (La chasse aux 8 erreurs) du dessinateur français Jean Laplace, comme elle le fait depuis 1977

La série a été publiée dans vingt-deux journaux dans différentes parties du monde, dont les espagnols La Vanguardia, La Voz de Galicia, El Diario Montañés et Heraldo de Aragón (1).

Jean Laplace est décédé en 2018, mais La Vanguardia continue de publier son célèbre jeu en version imprimée avec la date de publication originale dans le coin supérieur et également sur son site web comme un jeu interactif sur son site web.

Suite à la publication de ce numéro, le médiateur des lecteurs a reçu un certain nombre d’e-mails :

« Je suis un lecteur quotidien de La Vanguardia et , entre autres choses, je joue aux 8 erreurs tous les jours. Je ne comprends pas comment aujourd’hui, vendredi 26 août, ils ont permis la publication de ce dessin, qui est totalement raciste. Êtes-vous raciste ? », a demandé Manuel Ribas.

La lectrice Chiara Arroyo m’a également écrit pour exprimer son indignation face à la caricature de ce jour : « Il est inacceptable que La Vanguardia publie une caricature offensante parce que raciste. J’attends une rectification ».

Joel Albarrán le directeur adjoint et médiateur des lecteurs de La Vanguardia a répondu à ces plaintes. J’ai pris la licence de reproduire sa réponse, bien que le texte ne soit disponible que pour les abonnés, car je pense que ce type de réponse mérite d’être publié.

Dans un texte intitulé « Un dessin animé hors du temps« Albarrán assure qu‘ »après l’avertissement opportun des lecteurs, il a été retiré de la section « passe-temps » de la page web et n’apparaîtra plus dans l’édition imprimée« .

Et il ajoute :

« Au cours desplus de quatre décennies qui se sont écoulées depuis la publication de cette caricature, nous avons tous appris à identifier ce que certains points de vue et expressions culturelles dégagent involontairement.

Certains dessins animés de Tintin, les films de Tarzan ou la chanson Cola-Cao du « petit homme noir de l’Afrique tropicale » reflètent des attitudes qui ne sont pas d’aujourd’hui, mais cela n’invalide pas le fait qu’ils étaient appréciés innocemment à l’époque.

Quelque chose de similaire est vrai pour ce dessin particulier. Je pense qu’il est juste de souligner qu’il s’agit d’une exception qui ne reflète en aucun cas l’esprit des 8 erreurs de Laplace. Ses personnages fouineurs, qui se retrouvent dans des situations originales et surprenantes, ont conquis les lecteurs il y a 45 ans et font aujourd’hui partie de l’essence du journal qui se transmet de génération en génération, car pour de nombreux lecteurs, il s’agit d’une habitude quotidienne partagée avec les plus jeunes membres du foyer ».

La grande différence entre le retrait (ou la non-réédition) et l’élimination

Il s’agit d’un débat récurrent, surtout lorsqu’on parle de la réimpression de bandes dessinées qui, en leur temps, reflétaient les sentiments d’une époque où nous n’étions pas particulièrement sensibles à certaines questions telles que le sexisme, le racisme, la consommation normalisée d’alcool et de tabac, etc., même dans des œuvres destinées à un public d’enfants.

La suppression et/ou le remaniement des graphiques et des messages ainsi que de leurs formes dans les réimpressions sont interprétés par beaucoup comme des actes de censure ou du moins comme une tentative de réécrire l’histoire, qui, comme nous le savons déjà, ne nous a pas toujours laissé en bonne place en tant que société.

Je crois que le point de rupture inacceptable dans l’équilibre du respect de l’histoire se produit lorsqu’on essaie d’éliminer ou de détruire complètement une œuvre, car je crois qu’il est même pédagogique que toutes ces « mauvaises » coutumes puissent toujours être consultées et prises comme références de notre évolution, ou autre.


Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad
Artículos relacionados

Laisser un commentaire