L’écrivain jordanien Nahed Hattar a été assassiné devant le tribunal où il était jugé pour avoir publié une caricature

 
 
L'écrivain jordanien Nahed Hattar a été assassiné devant le tribunal où il était jugé pour avoir publié une caricature
Nahed Hattar. Photo : Facebook Majed Hattar.

L’écrivain Nahed Hattar a été abattu de trois balles aujourd’hui devant le tribunal d’Amman où il était jugé pour avoir publié une caricature que le pouvoir judiciaire considère comme offensante pour l’Islam.

Selon l’agence de presse officielle Petra, l’homme qui a tiré sur l’écrivain a été arrêté et est interrogé.

L’identité d’un suspect a rapidement été révélée, bien que les différentes sources ne soient pas d’accord sur certains détails.

Selon le Jordan Times, citant des sources de sécurité, le suspect est Riad Ismaeel Abdullahde, 49 ans, un extrémiste connu. Le même média ajoute que dans une première confession, le tueur présumé a déclaré avoir tiré sur Hattar pour avoir publié la caricature sur Facebook.

Selon Reuters, citant l’agence Petra comme source, le suspect arrêté est âgé de 39 ans et possède un diplôme d’ingénieur civil. Deux déclarations de témoins indiquent que l’attaquant portait une dishashada arabe traditionnelle, une tenue portée par les salafistes sunnites ultraconservateurs.

Hattar, 55 ans, a été arrêté en août pour avoir publié sur son compte Facebook des messages que les autorités considèrent comme « blasphématoires à l’égard d’Allah » ce dessin animé que les autorités ont considéré comme « blasphématoire contre Allah ».

La page Facebook de Nahed Hattar a été supprimée en août, bien qu’il existe un compte antérieur peu actif et d’autres de la famille et des amis.

Bien que certains médias et agences affirment que Hattar est l’auteur de la caricature, tout semble indiquer qu’elle n’a pas été dessinée par lui. Il n’y a aucune référence à une quelconque caricature dessinée ou signée par Hattar, ni à son dessin.

english

L’image, signée de quelque chose comme« M80 » et dont je n’ai jusqu’à présent pu trouver aucun indice quant à son auteur, circule également en anglais(First image released)

J’en ai trouvé d’autres avec de légères différences dans leur texte, tant dans les noms cités que dans la construction des phrases, mais comme c’est souvent le cas, les manipulations et les différentes versions et traductions ont tendance à être reproduites jusqu’à ce que nous perdions la trace de l’image initialement partagée par Hattar.

Dieu- Bonsoir, Abu Saleh, as-tu besoin de quelque chose ?
Abu Saleh- Oui, monsieur. Versez-moi un verre de vin de là-bas, et dites à Gabriel de m’apporter plus de noix de cajou.

Alors apportez-moi un serviteur immortel pour nettoyer le sol et enlever la vaisselle sale.
Et n’oubliez pas de mettre une porte sur la tente (jaima) afin de pouvoir frapper avant d’entrer, loué soit-il.

Le vendredi 12 août, le gouverneur d’Amman a donné l’ordre d’arrêter Hattar après l’avoir déclaré fugitif, après qu’il ne se soit pas présenté pour être interrogé sur la publication de la caricature sur sa page Facebook.

L’écrivain a été arrêté le 14 août et placé en détention dans l’attente d’une enquête de police et a passé un peu moins d’un mois en détention. Il a été libéré sous caution. Il a été accusé de « provoquer un conflit sectaire et d’insulter les sentiments et les croyances religieuses ».

Cependant, différentes interprétations de la détention de Hattar ont circulé, pointant du doigt des motifs politiques.

M. Hattar s’était déclaré partisan du président syrien Bachar al-Assad et avait qualifié les personnes qui s’opposent au régime d’Assad de « terroristes » ou de « sympathisants des terroristes ».

Après son arrestation, Hattar a déclaré :

« Mon intention n’était pas d’offenser les croyants, j’essayais d’exposer l’image que les terroristes d’ISIS et les Frères musulmans ont de Dieu et du paradis. »

Dans une deuxième explication, Hattar a déclaré qu‘ »en tant que non-croyant« , il respectait« les croyants qui ne comprenaient pas la satire derrière la caricature« .

Toutefois, le commentaire de Hattar sur les Frères musulmans jordaniens, une organisation fondée en 1945 en tant que groupe politique et religieux et dont les membres ont siégé au parlement et au gouvernement du pays, aurait pu être considéré comme diffamatoire, ce qui constitue un délit selon la loi jordanienne.(Source)

Related The Assasin’s Veto

Lire la suite. Des centaines de cas dans d’autres pays

humor-apuros

Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad
Artículos relacionados