La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

 
La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

La guerre hispano-américaine en dessins

Des caricatures espagnoles (La Correspondencia, Blanco y Negro, D.Quixote, Cuba Española) et américaines (The World NY, Herald) confrontées dans une « infographie » de l’époque. Source: The San Francisco Call, 15 mai 1898, page 18.

Quelle a été l’issue de la guerre hispano-américaine ?

La guerre hispano-américaine (25 avril au 12 août 1898), également connue sous le nom de « désastre de 98 » ou de « guerre de Cuba 1898 », a non seulement marqué le déclin de l’Empire espagnol et la perte de ses dernières colonies d’outre-mer pour un nouveau partage des territoires, mais a également ouvert une autre compétition qui s’est déroulée dans les pages des tabloïds.

La guerre de 1898 a été la première guerre, sinon provoquée, du moins accélérée par le sensationnalisme des médias. Cette année est même considérée comme celle de la naissance de la presse tabloïd aux États-Unis, qui allait éclabousser la presse espagnole.

Les médias américains ont dépeint leur pays comme l' »Oncle Sam » traditionnellement puissant et juste, tout en dépeignant les Espagnols comme des barbares, des meurtriers, des ignorants, des menteurs, des sympathisants, des hypocrites et déguisés en toreros et bandits. Ils sont allés jusqu’à inventer des massacres, des humiliations et des tortures, se livrant à une propagande sans demi-mesure.

Les Espagnols ont également haussé le ton de ce que l’on commençait déjà à appeler « l’anti-américanisme » pour dépeindre les « Yankees » comme des porcs envahisseurs, des pillards et des meurtriers, tandis que l’image la plus souvent utilisée pour symboliser l’Espagnol était celle d’un lion féroce.

Selon la lecture que l’on fait des divers récits intéressés du conflit, on peut trouver des versions qui soulignent les attaques d’une banque ou d’une autre, faisant pencher la balance des responsabilités.

Il existe beaucoup plus de documentation sur les caricatures américaines que sur les espagnoles, qui ont été plus largement publiées dans des magazines que dans des journaux, je suppose que cela est dû en partie à la coïncidence du début de la crise dans la presse espagnole, qui a pris certains titres par surprise, et aussi à la crédibilité dont jouissaient d’autres à l’époque.

Caricatures de la période de la guerre hispano-américaine

Il s’agit d’un examen de quelques-unes, mais pas de toutes, des caricatures qui ont croisé le chemin des deux camps dans les journaux et les magazines avant, pendant et après la guerre hispano-américaine. Ils sont classés par date, tous sont de 1898.

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

Magazine La Campana de Gràcia numéro 1498 du 29 janvier.

Légende : « Avec le masque de l’amitié a déjà une jambe à l’intérieur »

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins
11 février, caricature de Sullivan dans le Times (Washington D.C.) sur la démission de l’ambassadeur espagnol Enrique Dupuy de Lome pour ses commentaires sur les relations avec les États-Unis concernant l’île de Cuba et sur McKinley, doutant de sa capacité à servir en tant que président et le qualifiant de faible, populiste et politicard.

Quatre jours plus tard, le cuirassé Maine a explosé.

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

Caricature non signée du 11 mars publiée dans le Hot Springs Weekly Star. L’éternel Oncle Sam réprimande l’Espagnol : Est-ce une trahison/falsification ? A ses pieds, un marin mort.

En arrière-plan, les tombes de ceux qui ont péri dans lenaufrage du Maine. Au-dessus du drapeau américain, la légende « héros du Maine ».

L’Espagnol fait un geste de révérence, au-dessus de lui se trouve une petite pancarte indiquant « sympathie hypocrite ».

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

Caricature publiée dans The Salt Lake Herald du 27 mars. Des courtiers tentent d’arrêter « l’Oncle Sam » pour éviter la confrontation avec l’Espagne. En arrière-plan, le cuirassé américain « Maine » coulé, l’un des déclencheurs de la guerre et l’origine de la phrase et du cri de guerre :« Souvenez-vous du Maine, au diable l’Espagne ! – « Souvenez-vous du Maine, au diable l’Espagne !

Les barbares espagnols

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

Le 27 mars également, dans The Anaconda Standard (Montana), on consacre une bonne partie de l’espace à la cruauté des Espagnols et on prétend qu’ils la portent dans leur sang mêlé. « Ils n’ont aucune pitié car ils sont impitoyables », disent-ils sans autre forme de procès. Dans trois illustrations, ils montrent des Espagnols faisant rôtir un homme à mort et torturant et tuant d’autres personnes de diverses manières.

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

Caricature du Chicago Cronicle publiée dans le Herald le 1er avril

La guerre semble imminente. Sur l’image, un « Oncle Sam », déterminé à combattre l’Espagnol, tente d’éloigner le président McKinley, représenté comme une nounou qui l’avertit de faire attention à ne pas réveiller le bébé roi (Alfonso). Dans son berceau apparaissent des mots liés à la situation économique de l’Espagne

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

Le 10 avril, le Saint Paul Globe écrit en première page: « Les semi-barbares de la péninsule ibérique ont accroché le drapeau blanc pour une période de cinq jours »

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

Caricature du New York World publiée le 21 avril en première page du Topeka State Journal. L’Oncle Sam invitant l’Espagne à quitter l’hémisphère occidental :

« Votre choix, monsieur, pacifiquement ou par la force ».

Ce que l’Espagne a perdu

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins


Page du San Francisco Call du 24 avril, un jour avant le déclenchement de la guerre, sous le titre « Ce que l’Espagne a perdu, les pays qui ont échappé à la couronne depuis 1640« 

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

30 avril 2898. Caricature de Ramón Cilla dans le magazine Madrid Cómico.L’expression « no sea mackinleiro » fait référence au président américain McKinley. Le ton des caricatures en Espagne dénote une certaine distance, presque une insouciance.

En fait, certains documents soulignent que pour beaucoup, elle est passée presque inaperçue, car les effets de la guerre ont été davantage ressentis par ceux qui avaient des intérêts commerciaux dans les colonies que par le commun des mortels.

Beaucoup ont même poussé un soupir de soulagement en sachant qu’ils ne seraient plus envoyés pour servir dans ces endroits.

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

The Evening Star, 12 mai, voir page.

Le Maine, la grande excuse

Dès les pages des journaux, les caricaturistes espagnols ont été avertis, en guise de menace et de prédiction, qu’ils allaient devoir changer leur façon de dessiner le « cochon américain ». Au lieu du cochon gras, inactif, paresseux et inoffensif, ils devraient le dessiner comme une créature plus féroce et terrible avec des crocs qui déchirent.

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

The Herald, 15 mai. « Souvenez-vous du Maine. Bien qu’elle n’ait pas pu prouver l’implication des Espagnols dans le naufrage du Maine (qui pourrait être dû à un accident, bien que d’autres aient affirmé qu’il avait été coulé par les Américains), la presse a continué à utiliser le slogan pour accuser les Espagnols.

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

Légende : La voie du M. (Il est entendu que cela fait référence… à la merde ?)

Les navires espagnols expulsant les Américains sont à nouveau représentés comme des cochons.

Illustration publiée dans le magazine Don Quijote numéro 21 du vendredi 27 mai

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

Couverture du magazine la Campana de Gràcia, numéro 1518 du 28 mai.

Titre : « Désespoir de l’Espagne ». Légende : « Pour sauver les droits de l’Europe en Amérique, je donne mes enfants, mon sang et mes trésors… Et l’Europe m’abandonne !

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

22 mai, compilation de caricatures provenant de différents médias américains publiée dans The San Francisco Call.

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

Caricature dans The Herald, 3 juin. Le président Sagasta se rend en même temps que le roi, nain, en pleurs, touché dans son honneur, la banque d’Espagne s’enfonce dans le fond.

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

Magazine Madrid Cómico, numéro 799, 11 juin. La caricature loue les victoires historiques de l’Espagne et méprise les Américains, soulignant que leur seul pouvoir est l’argent.

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

Compilation de caricatures publiées dans The San Francisco Call, dimanche 3 juillet.

Le « monstre » espagnol

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

Le magazine Judge, bien que n’étant pas une publication sensationnaliste, a publié certaines images dès le début de la guerre, suivant le courant, comme la couverture illustrée par Grant Hamilton (1862 – 1926) le 9 juillet 1898 avec la légende : « La brute espagnole ajoute la mutilation au meurtre« , liée à la mort des marins dans l’explosion du Maine.

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

10 juillet. Une autre caricature de « Barber » dans le Herald avec la légende « L’Espagne la laissera-t-elle voler ? Sur la photo, un Espagnol verse du sel sur les ailes de la colombe représentant la paix.

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

Caricature de Joaquín Xaudaró du 23 juillet 1898 dans le magazine Madrid Cómico.

Xaudaró utilise un mélange d’autocritique et d’ironie.

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

Encore Barber dans le Herald, le 2 août. Un Espagnol frappe à la porte de l’Europe pour demander une intervention dans la guerre. Le panneau indique : « Fermé aux tricheurs » (ou aux vagabonds ?)

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

4 août, caricature non signée dans The Valentine Democrat.

Description. Une figure représentant l’Espagne regarde un graffiti sur le mur où l’on peut lire : « Vos jours sont comptés, vous ne ferez plus le malheur de l’humanité ». Le livre, au-dessus de ses genoux, cite l’Inquisition, le naufrage du Maine, les assassinats, la torture et autres « réalisations » internationales.

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

14 août, la guerre est terminée, The Herald publie cette caricature intitulée « L’évacuation de l’hémisphère occidental » avec un Espagnol en retraite sur un âne, tenant dans sa main droite un parchemin avec la légende « honneur ». Elle parodie le tableau « Prince Baltasar Carlos à cheval » de Velázquez. L’auteur présente ses excuses à Velázquez à côté de sa signature.

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

« Leçon apprise ». Dans cette scène, l’Oncle Sam, pour changer, avec la règle de la guerre en main, force l’Espagnol à apprendre la leçon de la paix.

Caricature du 2 septembre publiée dans The Kinsley Graphic et reproduite par de nombreux autres médias.

Sources consultées :

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessinsBiblioteca Virtual dePrensa Histórica

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessinsArca, arxiu de revistes catalanes antigues (Archives de revues catalanes anciennes)

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessinsBibliothèque du Congrès des États-Unis

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessinsCaricatures de la guerre hispano-américaine. Charles Lewis Bartholomew, 1869-1949

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessinsLes journaux de Madrid en 1898,

Concha Edo, UCM (PDF)
La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins1898: Presse et opinion publique en Espagne et aux États-Unis, Juan Jiménez Mancha, UCM SEECI Journal

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessinsLa presse sensationnelle américaine au 19e siècle et sa contribution à la guerre hispano-américaine. Analyse des unes américaines de l’époque. Fernando Barahona. (PDF)

La guerre hispano-américaine de 1898 en dessins

Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad