Le Washington Post retire la caricature de Michael Ramirez et présente ses excuses

 

TR : "Comment Israël ose-t-il attaquer des civils..." Dessin de Michael Ramirez publié le 8 novembre.

Une autre guerre se déroule dans les caricatures éditoriales, qui provoque des affrontements pour dominer ce qu'ils appellent "l'histoire" et dans laquelle de nombreuses batailles sont menées, même si nous n'en connaissons que quelques-unes.

Si, en octobre, le quotidien britannique The Guardian a évité de publier une caricature de Netanyahou et a finalement renvoyé son dessinateur, et si, peu après, le quotidien américain The Aspen Times s'est excusé auprès de ses lecteurs pour avoir publié cette caricature de son dessinateur, c'est maintenant le Washington Post qui retire une caricature de Michael Ramírez (1961) intitulée "Boucliers humains" et qui présente ses excuses.

Le rédacteur en chef du Washington Post a publié une note, en tête des lettres de réclamation des lecteurs qui l'ont qualifiée de raciste et de désobligeante, dans laquelle il "regrette" d'avoir approuvé la caricature de Michael Ramirez, lauréat de deux prix Pulitzer, dans laquelle l'utilisation de boucliers humains par le Hamas est soulignée.

Note de la rédaction : En tant que rédacteur en chef de la section "Opinion", je suis responsable de ce qui apparaît dans ses pages et sur ses écrans. La section dépend de mon jugement. Une caricature de Michael Ramirez sur la guerre à Gaza, dont j'ai approuvé la publication, a été perçue par de nombreux lecteurs comme étant raciste. Ce n'était pas mon intention. Je voyais le dessin comme une caricature d'une personne spécifique, le porte-parole du Hamas qui a célébré les attaques contre des civils désarmés en Israël.

Cependant, la réaction à l'image m'a convaincu que j'étais passé à côté de quelque chose de profond et qui divise, et je le regrette. Notre section vise à trouver des points communs, à comprendre les liens qui nous unissent, même dans les moments les plus sombres.

C'est dans cet esprit que nous avons retiré le dessin. Nous publions également une sélection de réponses à la caricature. Et nous continuerons à faire en sorte que la section accueille un éventail de points de vue et de perspectives, y compris ceux qui interpellent les lecteurs. Tel est l'esprit du journalisme d'opinion : avancer imparfaitement vers un échange constructif d'idées à toute vitesse possible, en écoutant et en apprenant en cours de route.

-David Shipley, rédacteur en chef

Lettres de lecteurs*

*Il ne s'agit là que de quelques exemples ; de nombreuses autres lettres ont été reçues et publiées.

La caricature éditoriale du 8 novembre a été perçue comme profondément malveillante et offensante par un nombre considérable de lecteurs, dont je fais partie.

Les caricatures utilisent des stéréotypes raciaux qui sont offensants et dérangeants. Le fait de dépeindre les Arabes avec des traits exagérés et de présenter les femmes dans des rôles dérogatoires et stéréotypés perpétue le racisme et les préjugés sexistes, ce qui est tout à fait inacceptable.

L'essence du journalisme responsable réside dans sa capacité à donner une voix à ceux qui n'en ont pas, à défendre la transparence et à promouvoir un dialogue éclairé. La publication de contenus qui contredisent ces principes soulève des questions légitimes sur les processus éditoriaux, l'intégrité et la fiabilité.

Hind Kamal, Fairfax

Il n'y a pas de sujet dans le reportage où le choix des mots est aussi délicat que dans le reportage sur la bande de Gaza. Pourquoi le Post ne soumet-il pas le langage visuel de ses caricatures au même examen ?

Je suis un spécialiste de la religion et des médias ; je reconnais une représentation profondément raciste du "païen" et de sa cruauté barbare envers les femmes et les enfants lorsque je la revois dans la caricature éditoriale de Michael Ramirez du 8 novembre. Il n'est en aucun cas instructif, utile ou stimulant de regarder ce conflit à travers les lunettes des colonialistes du XIXe siècle.

Suzanne van Geuns, Princeton, N.J.

L'auteur est associée de recherche postdoctorale au Centre pour la culture, la société et la religion de l'université de Princeton.

La caricature éditoriale de Michael Ramirez du 8 novembre représente un représentant du Hamas s'attachant des femmes et des enfants pour les utiliser comme boucliers humains, puis accusant Israël d'être responsable de leur mort. Bien que personne ne conteste le fait que le Hamas se cache dans des zones civiles pour échapper à l'armée israélienne, cette caricature constitue une tentative d'excuser les crimes de guerre israéliens.

Toutes les grandes organisations de défense des droits de l'homme ont accusé Israël de commettre des crimes de guerre par ses campagnes de bombardements massifs et aveugles de zones civiles. Ainsi, des milliers d'enfants palestiniens sont tués, non pas parce qu'Israël fait un effort ciblé pour tuer le Hamas et échoue, mais parce qu'Israël ne fait aucun effort significatif pour épargner les civils.

L'armée israélienne est également connue pour utiliser des civils palestiniens comme boucliers humains et a protesté contre l'interdiction de cette pratique par la Cour suprême israélienne en 2005. Même après l'interdiction, l'armée israélienne a encore occasionnellement utilisé des enfants palestiniens comme boucliers humains.

À la lumière de tous ces éléments, rejeter la responsabilité de la mort des civils palestiniens sur le Hamas plutôt que sur les personnes qui les ont tués est une erreur grossière de caractérisation de la situation.

Omar Baddar, Washington

La caricature éditoriale de Michael Ramirez du 8 novembre représentant des otages du Hamas avec le personnage du Hamas condamnant les attaques israéliennes contre les civils est pleine de partialité et de préjugés.

Le message est-il qu'Israël est justifié de bombarder des civils ? Le drapeau palestinien qui figure d'un côté de la caricature est-il censé faire l'amalgame entre le Hamas et l'ensemble des Palestiniens ? La photo d'arrière-plan du Dôme du Rocher, de l'autre côté de la caricature, est-elle censée faire l'amalgame entre l'idéologie du Hamas et l'islam ? M. Ramirez aurait dû réfléchir à ces éléments de la caricature. Ils sont offensants non seulement pour les musulmans, mais aussi pour moi et pour tous mes frères et sœurs chrétiens palestiniens.

Philip Farah, Vienne

L'auteur est cofondateur et membre du conseil d'administration de l'Alliance chrétienne palestinienne pour la paix.

Comme le souligne The Print, ce n'est pas la première fois que M. Ramirez énerve le personnel ce mois-ci avec son travail.

Dans une caricature publiée le 3 novembre dans le Las Vegas Review-Journal, il s'en prend au mouvement Black Lives Matter aux États-Unis, qui proteste contre la mort de l'Afro-Américain George Floyd aux mains d'officiers de police. Dans sa caricature, M. Ramirez représente une femme noire portant un tee-shirt Black Lives Matter et tenant une pancarte sur laquelle on peut lire "Terrorist Lives Matter" (les vies des terroristes comptent) et "Blame Israel. Soutenez le Hamas".

Le Washington Post retire la caricature de Michael Ramirez et présente ses excuses 1

L'humour en difficulté, recueil de cas (III)
Cas de dessinateurs qui ont eu des problèmes plus ou moins importants à cause de leurs dessins ou illustrations satiriques. Il y a également des histoires d'autres personnes qui, sans être des dessinateurs, ont eu des problèmes pour les avoir partagés.


Suscríbete por email para recibir las viñetas y los artículos completos y sin publicidad

Artículos relacionados

Este blog se aloja en LucusHost

LucusHost, el mejor hosting